Publicité

Santé cardiovasculaire des femmes : la prévention, le pied sur l’accélérateur

Lors d’un infarctus du myocarde, le délai d’appel aux urgences pour les femmes est plus long que celui des hommes, ce qui compromet leur chance de survie.  - Credit:Alamy Stock Photo/Abaca
Lors d’un infarctus du myocarde, le délai d’appel aux urgences pour les femmes est plus long que celui des hommes, ce qui compromet leur chance de survie. - Credit:Alamy Stock Photo/Abaca

À briser le cœur des soignants : dans la nuit du 28 au 29 juin 2023, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), lors des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel, le bus du cœur des femmes est complètement parti en fumée. Montant estimé des dégâts : 500 000 euros. Grâce à la générosité de près de quatre mille donateurs, le bus n'a pas tardé à renaître de ses cendres. Il est né en 2021 grâce au fonds de dotation Agir pour le cœur des femmes et fait partie d'une grande opération itinérante d'information, de sensibilisation et de prévention des maladies cardiovasculaires à destination des femmes.

Flambant neuf, il s'apprête à repartir sur les chapeaux de roues à la rencontre de milliers de Françaises de tout âge. Il fera étape, à partir de mars prochain, dans seize nouvelles villes sur tout le territoire. Et en 2024, le fonds de dotation entend bien passer la seconde et pousser les portes des centres hospitaliers et des entreprises, pour changer les mentalités et toucher toujours plus de femmes.

« Des infarctus souvent plus graves »

Thierry Drilhon, dirigeant et administrateur d'entreprise, cofondateur d'Agir pour le cœur des femmes, ne cache ni ses ambitions ni sa satisfaction. « Quand nous avons commencé, notre objectif était de sauver la vie de 10 000 femmes à cinq ans. Nous allons non seulement l'atteindre, mais très largement le dépasser, se réjouit-il. Nous avons affaire à une véritable urgence sociétale et médicale. »

Malgré les idées reçues persistantes, ce n'est pas [...] Lire la suite