Sandrine Rousseau répond à l'attaque sexiste d'un chroniqueur de CNews

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - Sandrine Rousseau n’a pas remporté la primaire écologiste. Mais dans son discours après l’annonce des résultats ce mardi 28 septembre, elle a tenu à remercier ceux qui l’ont soutenue, en répondant au passage à la remarque sexiste dont l’avait égratigné un chroniqueur de CNews.

Deux jours plus tôt, Guillaume Bigot présenté comme un “politologue” par la chaîne, avait livré sa vision de Sandrine Rousseau: une “illuminée” et surtout “une sorte de Greta Thunberg ménopausée”. La remarque indécente n’a fait que légèrement réagir en plateau mais elle a indigné la classe politique écologiste et des autres partis. Semblant tout d’abord surpris que cette expression choque, Guillaume Bigot avait fini par s’excuser à demi-mot sur Twitter, évoquant “une allusion (qui) manquait d’élégance”.

Sandrine Rousseau était jusqu’à présent restée silencieuse sur cette attaque personnelle. Elle n’y a répondu que ce mardi, en actant sa défaite.

“Cette campagne a montré que vous êtes entendus. Après cette primaire extraordinaire, mes pensées émues vont aux écologistes de la première heure, aux jeunes qui défilent pour le climat, aux militants et militantes antiracistes, aux femmes ménopausées ou pas”, a-t-elle lancé, sa saillie étant saluée par des applaudissements nourris de ses soutiens réunis en Seine-Saint-Denis, comme le montre notre vidéo ci-dessus.

Elle a conclu sa tirade en rendant hommage également “aux premières de corvées, aux familles qui ont du mal à boucler leur fin de mois”. “Je leur dis à tous et toutes, rejoignez-nous”, a lancé la candidate malheureuse des Verts.

Malgré sa défaite, Sandrine Rousseau n’entend pas pour autant se désengager de la présidentielle à venir: “Nous sommes en capacité de relever les défis et de gagner la présidentielle. Vous pouvez compter sur moi pour soutenir la suite de cette aventure”, a-t-elle assuré, tout en félicitant son rival heureux Yannick Jadot.

À voir également sur Le HuffPost: L’effet de meute ou quand l’amitié entre hommes devient nocive

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles