Sandrine Rousseau affirme se mettre "complètement au service" de Yannick Jadot

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. - JOEL SAGET / AFP
Sandrine Rousseau et Yannick Jadot. - JOEL SAGET / AFP

Son soutien est une bonne nouvelle pour le gagnant de la primaire écologiste, Yannick Jadot. Alors que Sandrine Rousseau avait refusé de "faire un chèque en blanc" au député européen, elle lui affirme désormais son soutien.

"Evidemment, c'est Yannick Jadot qui portera les couleurs de l'écologie. Je me mets complètement à son service", a assuré l'ex-candidate éco-féministe ce vendredi sur France bleu.

Une rencontre "peu constructive"

Une façon de clôturer plusieurs jours de polémique qui ont culminé mercredi. Ce jour-là, l'économiste indique sur France inter qu'elle "appellera à voter Yannick Jadot", tout en soulignant que son soutien n'est pas "un chèque en blanc".

La tonalité de ses propos surprend alors dans son camp. Les candidats à la primaire se sont en effet tous engagés à soutenir le vainqueur. En début d'après-midi, les deux écologistes finissent par se rencontrer pour discuter et le climat semble s'être encore rafraîchi.

"C'était un dialogue assez peu constructif (...). Je n'ai pas senti qu'il avait entendu l'importance de porter la radicalité comme étant une transformation de notre société", estime-t-elle, le soir même de leur rendez-vous sur RTL.

Ses propos froissent la direction du parti, à commencer par le patron d'EELV, Julien Bayou la juge le lendemain "un peu mauvaise perdante".

Selon lui, Yannick Jadot a proposé à Sandrine Rousseau "de présider le conseil politique, qui est la supervision des orientations de la campagne. C’est pas rien, ça compte. Si ça ne lui convient pas, qu’elle fasse un contre-projet".

"Pas ma personne qui est importante"

Changement de ton donc ce vendredi, avec un soutien clair au gagnant. Interrogée également sur le rôle qu'elle pourrait jouer dans la campagne, l'écologiste a insisté sur sa vision politique.

"Ce n'est pas ma personne qui est importante (...). C'est le discours qui importe et il faut dire que l'écologie ne peut pas être asociale, ne peut pas se faire sans une refonte de l'égalité. On doit parler à toutes les personnes parce que sinon on y arrivera pas, il y aura trop de résistances", juge ainsi l'ancienne candidate à la primaire.

Yannick Jadot est pour l'instant crédité de 6% des intentions de vote dans les sondages.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles