Sandrine Kiberlain : ce réalisateur qui l'a poussée à se mettre en retrait pendant deux mois

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sandrine Kiberlain est actuellement à l'affiche du film On est fait pour s'entendre, aux côtés de Pascal Elbé qui est également à la réalisation. Le film qui sera dans les salles à partir du mercredi 17 octobre, raconte l'histoire d'Antoine, un homme malentendant vivant dans le déni de son handicap, qui rencontre Claire, sa nouvelle voisine venue s'installer dans son immeuble après le décès de son mari.

À l'occasion de la promotion de ce nouveau film, Sandrine Kiberlain a accordé une interview à ELLE. Dans les colonnes du dernier numéro du magazine, elle s'est confiée sur son rapport au cinéma et au jeu.

Son "terrain de confiance" miné par un réalisateur malveillant

L'ancienne compagne de Vincent Lindon considère sans hésiter le monde du cinéma comme son "terrain de confiance". Pour Sandrine Kiberlain, la comédie est une histoire de souvenir d'enfance et de jeunesse. Petite, elle faisait rire ses parents grâce à des imitations relativement pointues d'icônes comme Jane Birkin ou Dalida. Dès son plus jeune âge, Sandrine Kiberlain comprend qu'elle a un fort potentiel comique, qui a fini par se confirmer dès son entrée au Conservatoire national supérieur d'arts dramatiques.

Mais Sandrine Kiberlain ne se souvient pas que des bons souvenirs. Pour ELLE, la mère de Suzanne Lindon est également revenue sur un des événements désagréables qu'elle a vécu pendant l'exercice de son métier. L'actrice a parfois vu son "terrain de confiance" se peupler de personnes (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Moussa Sissoko marié : le joueur de l'équipe de France a épousé Marylou Sidibé
Julie Le Galliard, championne de France de boxe, est morte à l'âge de 31 ans
"Il est beau en vrai aussi" : quand Line Renaud fait rougir Olivier Véran
Travis Scott : le bilan s'alourdit avec la mort d'une dixième victime, un garçon de 9 ans
Ary Abittan accusé de viol : l'état physique de la victime présumée aurait nécessité un arrêt de travail

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles