Publicité

Des sanctions demandées par Sacha Houlié contre le député LFI Ugo Bernalicis après une altercation à l’Assemblée

OLITIQUE - Les esprits se sont échauffés. En plein examen du projet de loi immigration en commission des Lois, ce jeudi 30 novembre au soir, une altercation a éclaté entre le député LFI Ugo Bernalicis et plusieurs députés. Le président de la commission, Sacha Houlié (Renaissance), a réclamé « des sanctions » contre l’Insoumis.

Tout a commencé lorsque le groupe Insoumis a réclamé une suspension pour suivre un texte LFI dans l’hémicycle inscrit au titre de leur journée réservée (niche parlementaire »). Les députés LFI ont invoqué le fait que ce texte venait justement de la commission des Lois.

Le président Sacha Houlié refuse et répond qu’il suspendra la séance dans la soirée, à 21 h 30, au moment de l’examen des amendements dans l’hémicycle.

« Qu’est-ce que c’est ça ? », « intolérable » a alors tempêté le député LFI Ugo Bernalicis, comme vous pouvez le voir dans la séquence ci-dessous. S’en est suivi un échange d’interpellations et d’invectives dans la salle, constatées par un journaliste de l’AFP mais aussi audibles sur la retransmission vidéo de l’Assemblée.

« Révolutionnaire en carton »

Selon plusieurs députés, le député Liot Christophe Naegelen et Ugo Bernalicis ont ensuite eu une brève altercation. Il y a eu « contact physique », mais « pas de violence », a relaté la députée Renaissance Caroline Abadie.

Estelle Youssouffa (Liot) a, elle, qualifié Ugo Bernalicis de « menaçant » envers elle. « Je suis resté debout à ma place », insiste ce dernier auprès de l’AFP, réfutant toute menace. « Révolutionnaire en carton », a, lui, lancé le député RN Yoann Gillet à l’encontre du député Insoumis, dans la confusion la plus totale.

Le député du Nord a également reproché à Sacha Houlié de ne pas avoir, selon lui, fait respecter un engagement pris en conférence des Présidents de l’Assemblée, pour interrompre les commissions, quand un texte issu de la commission concernée est examiné.

« Ce genre d’altercation, très masculine, ne m’intéresse pas »

Sacha Houlié a rétorqué qu’il avait lui-même soulevé le problème du calendrier et a annoncé demander « des sanctions » à la présidence de l’Assemblée contre Ugo Bernalicis pour « les troubles qu’il a causés ». « Moi aussi je vais demander des sanctions », a réagi Ugo Bernalicis.

Après cet évènement, les réactions des parlementaires fusent ce vendredi matin. « J’étais présente lors de cet épisode d’une extrême violence en commission des lois. Une furie incontrôlée et totalement irrationnelle d’Ugo Bernalicis », a fustigé sur X la députée Caroline Yadan (Renaissance).

« Il y avait quelque chose dans le règlement qui n’allait pas », a, elle, concédé la députée écologiste Nupes, Sandrine Rousseau sur franceinfo ce matin. « Mais le fond ne justifiait pas qu’on monte comme ça dans les tours », a-t-elle poursuivi indiquant qu’elle avait quitté la commission à ce moment-là. « Ce genre d’altercation, très masculine, ne m’intéresse pas », a-t-elle conclu.

« Il ne faut pas dramatiser », a, quant à elle, estimé l’Insoumise Clémence Guetté, également sur franceinfo. « Les macronistes ont une habitude de faire de l’obstruction pendant nos niches. (...) Les macaronistes ont demandé des sanctions. Nous nous défendrons. », a-t-elle annoncé.

À voir également sur Le HuffPost :

Jordan Bardella invite Éric Dupond-Moretti à la démission, fustigeant son bilan et son « laxisme »

Crépol : menacée de mort et de « décapitation », la maire de Roman-sur-Isère annonce avoir porté plainte