Un salarié sur deux se dit « épuisé » au travail, selon un sondage

Un salarié sur deux se dit « épuisé » au travail, selon un sondage (lepoint.fr)

La santé mentale des salariés s’est dégradée depuis l’explosion de la pandémie de Covid-19 et plus particulièrement celle des jeunes, indique « Le Parisien ».

Le moral des travailleurs français au plus bas. Selon une étude de Malakoff Humanis, présentée par nos confrères du Parisien, plus d'un jeune salarié – âgé de moins de 30 ans – sur deux explique être épuisé ou fatigué au travail (56 %). Un chiffre bien supérieur à la moyenne générale, elle aussi à un haut niveau, qui est de 50 %. Depuis 2018, cet indicateur a augmenté, majoritairement à cause de la pandémie de coronavirus. Quatre ans plus tôt, 43 % des salariés français étaient épuisés ou fatigués sur leur lieu de travail. Conséquence, la prise de médicaments est plus importante. 22 % des salariés éprouvant une certaine fatigue se sont tournés vers les somnifères, anxiolytiques ou antidépresseurs.

« Intensité du travail », « horaires à rallonge »… Plus d'un jeune sur deux met en avant ce motif pour expliquer ce mal-être au travail, exacerbé par le télétravail qui s'est immiscé dans le monde de l'entreprise depuis 2020. Conséquence, ils sont pratiquement autant (52 %) à préciser « ne pas savoir gérer les priorités », un indicateur – également – en hausse, puisqu'il était de 38 % en 2014. Par ailleurs, la pandémie n'a visiblement pas adouci les mœurs dans les bureaux ou face aux clients. 27 % des salariés de moins de 30 ans disent avoir reçu au moins une « remarque blessante ou agressive ». Dans le reste de la population active, cet item est à 18 %.

À LIRE AUSSI Gernelle – Le burn-out français aura-t-il lieu ?

Les jeunes n'arrivent pas à se déconnecter

Par ailleu [...]

Lire la suite

VIDÉO - Voyager, une solution pour améliorer la santé mentale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles