A Saint-Etienne, premier conseil municipal depuis les révélations de chantage politique à la sex-tape

© OLIVIER CHASSIGNOLE

![CDATA[

"Contrat de confiance rompu", "mensonges", "enfumage", "climat nauséabond", "honte".... Le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau a présidé lundi un conseil municipal houleux, marqué par des attaques virulentes des élus d'opposition en lien avec l'affaire de chantage politique à la sex-tape qui secoue la ville depuis un mois.

"Cette histoire vise à me détruire", a lancé l'élu de 50 ans, visiblement tendu, à l'ouverture des débats devant son assemblée municipale, devant un public et des médias venus en nombre. "La chasse à l’homme est ouverte (…) certains n’ont pas la patience d’attendre que la justice fasse son travail (…) la tentation est trop forte de tenter d’achever un homme pris dans une tempête médiatique qui écrase tout", a-t-il dit dans un silence pesant.

"Partez!"

La ville de 175.000 habitants est agitée depuis fin août par cette affaire de vidéo intime qui a suscité une plainte pour chantage de l'ancien premier adjoint centriste Gilles Artigues - absent des débats lundi, "sur les conseils de son médecin", comme l'a souligné un des conseillers centristes.

Pendant deux heures, les élus de gauche (12 sièges sur 59) et un des quatre élus UDI ont donné de la voix pour tenter de convaincre le maire élu depuis 2014 de démissionner, tandis que sa majorité restait silencieuse, préférant "ne pas s'exprimer" sur un dossier en cours d'instruction.

"Chaque jour qui passe abîme notre ville et alimente le terreau du 'tous pourris'", s'est inquiété Pierrick Courbon, le che...


Lire la suite sur ParisMatch]]