Publicité

Sacs de cocaïne échoués en Normandie: que risque-t-on à récupérer cette drogue sur la plage?

Des gendarmes patrouillant sur une plage de Néville-sur-mer (Manche) le 2 mars 2023 - BFM Normandie
Des gendarmes patrouillant sur une plage de Néville-sur-mer (Manche) le 2 mars 2023 - BFM Normandie

"De fortes sanctions" encourues. En tout, plus de deux tonnes de cocaïne ont été retrouvées par les autorités depuis dimanche sur des plages de Normandie, dans des sacs hermétiquement fermés. Il est encore difficile d'établir la provenance de cette drogue: les sacs peuvent avoir été jetés volontairement à la mer pour éviter un contrôle ou être tombés seuls d'un navire.

Les gendarmes ont renforcé leur présence et patrouillent pour essayer de repérer des sacs échoués, mais "ils ne sont pas les seuls à essayer de les récupérer", déclare sur BFMTV Yves Asseline, maire de Réville (Manche), commune où des ballots de stupéfiants ont été retrouvés sur les côtes.

"On voit se promener depuis lundi matin très tôt des gens cagoulés" qui arpentent la plage "pour voir s'il n'y a pas quelque chose à récupérer", assure-t-il.

"Un délit passible de dix ans d’emprisonnement"

La préfecture maritime de la Manche a toutefois prévenu dans un communiqué mercredi: "Ne vous aventurez pas à ramasser des objets suspects, vous vous exposez à différents risques ainsi qu'à de fortes sanctions".

Ceux qui ramasseraient ces stupéfiants sans les signaler risquent en effet d'être poursuivis pour "transport illégal, trafic de stupéfiants", mais aussi détention illégale de stupéfiants, explique à BFMTV.com la gendarmerie de Caen, et "cela peut aller chercher rapidement quelques années de prison."

"Le transport, la détention, l'offre, la cession, l'acquisition ou l'emploi illicites de stupéfiants sont punis de dix ans d'emprisonnement" et jusqu'à 7,5 millions d'euros d'amende, souligne ainsi l'article 222-37 du Code Pénal.

"Le fait de ramasser et transporter ces produits constitue un délit passible de 10 ans d’emprisonnement", avait également indiqué le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc à l'AFP, rappelant que "toute personne qui serait amenée à découvrir de nouveaux produits doit en informer immédiatement la gendarmerie locale sans toucher à ces produits".

De précédentes condamnations

Ce n'est pas la première fois que le cas de figure se présente. En janvier, Midi Libre rapportait le procès d'un père et son fils. En 2019, ils avaient ramassé deux kilos de cocaïne alors que des sacs avaient été rejetés par l'océan sur des plages de Gironde.

Le père, âgé de 48 ans, a été condamné à trois ans de prison, dont un avec sursis, et le fils à un an, aménagé sous surveillance électronique.

À chaque événement de ce type, "il y en a toujours qui espèrent en récupérer", déclare la gendarmerie de Caen.

Pour éviter que d'autres personnes ne récupèrent ces drogues, en tout une soixantaine de gendarmes patrouillent sur les côtes de la Manche concernées par les largages récents de stupéfiants, y compris la nuit, ont indiqué les gendarmes à l'AFP. Il est nécessaire de "rassurer la population locale", a indiqué cette source, précisant que la surveillance serait déployée au moins jusqu'au début de la semaine prochaine.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Cherbourg (Manche) pour établir la provenance des ces stupéfiants.

Article original publié sur BFMTV.com