Publicité

Le sable du Sahara, que l’on peut observer au printemps, a changé la couleur du ciel dans le Sud-Est

Une teinte jaunâtre est observable depuis vendredi dans le ciel du quart sud-est. Un phénomène météorologique fréquent au printemps.

MÉTÉO - Si vous habitez dans le quart sud-est de la France, vous avez sans doute remarqué que depuis vendredi, le ciel s’est teinté d’une couleur jaune inhabituelle. Il s’agit en fait de remontées de sable du Sahara sur le sud-est de la France, indique France Bleu ce samedi 30 mars. C’est plus précisément la venue d’une masse d’air chaude d’Afrique ajoutée à des vents importants qui sont à l’origine de ce phénomène météorologique.

Celui-ci est fréquent au printemps, comme l’explique sur X le directeur des services météorologiques grecs Theodoros Kolydas, alors que la ville d’Athènes a été touchée en milieu de semaine : « au printemps (mars-avril), les cyclones Sharav, se déplaçant vers l’est le long de la côte nord-africaine, transportent de la poussière vers l’est de la Méditerranée. Une tempête de sable typique d’une portée de 200 kilomètres transporte de 20 à 30 millions de tonnes de poussières, parfois jusqu’à 100 millions. »

« Ce phénomène est en fait assez courant et peut se produire plusieurs fois par an. Le dernier date d’il y a une quinzaine de jours. En revanche, ce n’était pas d’une intensité équivalente à ce que l’on peut observer ce vendredi », explique encore au Dauphiné Libéré Denis Roy, responsable Météo-France des Alpes du Nord.

Ce ciel teinté de jaune (voir les images) devrait persister une bonne partie du week-end sur le quart sud-est. Comme celui-ci est annoncé pluvieux par Météo-France, les précipitations pourraient toutefois faire retomber les poussières et le sable. Le phénomène était observable dans les Alpes-Maritimes à Antibes et Nice, dans le Rhône à Lyon, dans l’Isère à Grenoble...

À voir également sur Le HuffPost :

  

Météo : à Lyon et dans le Rhône, la tempête Nelson et ses vents violents font d’importants dégâts

Météo : en avril, mai et juin, les températures seront plus élevées que la normale prévoit Météo-France