Publicité

"Elle s’est ridiculisée à vie" : Eva Darlan allume Carole Bouquet et Yvan Attal

"Bien évidemment que tout le monde l'encourageait, lui et les autres, à se tenir de cette façon-là". Comme 150 autres artistes, Eva Darlan a signé la tribune de Libération contre Gérard Depardieu, accusé de viols. La comédienne dénonçait alors, sur BFMTV, le comportement de l'acteur. "C'est un système patriarcal, qui autorise les hommes à faire absolument tout ce qu'ils veulent en toutes choses, regrettait-elle. Et principalement considèrent les femmes comme des objets, s'en servent, les prennent, les jettent." Toujours aussi remontée, Eva Darlan a poussé un vif coup de gueule sur le plateau de Chez Jordan de Luxe ce mardi 2 avril. Notamment contre les personnes qui ont manifesté leur soutien à Gérard Depardieu. Comme Carole Bouquet. "J’ai signé une tribune pour Gérard Depardieu, cependant, je ne soutiens pas les idées et valeurs associées au journaliste porteur de cette tribune", écrivait la comédienne, en évoquant celui qui a lancé la signature de cette tribune.

Eva Darlan : "Des gens merveilleux ont signé cette pétition de merde"

Sur C8, Eva Darlan a donné le fond de sa pensée. "Ça me fait rire parce qu'elle a dit : 'je suis féministe, mais quand même'. Ça me fait penser aux gens qui disent : 'moi, je ne suis pas raciste. Et j'ai même des amis noirs', a réagi l'actrice. Je pense que tous ces gens se sont ridiculisés à vie." Y compris Carole Bouquet, "pour certaines personnes dont" Eva Darlan. "Ce qu'elle a fait n'a pas de sens, a (...)

Lire la suite sur Closer

Mort d’Emile : “un cadavre, ça sent…”, les habitants ne croient pas à la coïncidence
Peine de prison pour une ex-star de Plus belle la vie après avoir disjoncté à Marseille
Benoît Magimel mal dans sa peau à l’aube de la cinquantaine ? La remarque de Yann Barthès ne risque pas de l’aider
Mort d’Emile au Vernet : “je ne peux pas…”, le subtil mea culpa du procureur après des découvertes tragiques
Vahina Giocante accuse Benoît Jacquot : "pas partie pour…", l’actrice voulait "protéger" Judith Godrèche