Publicité

La série « The Gentlemen » sur Netflix va plaire aux fans de Guy Ritchie

La série « The Gentlemen » sur Netflix, est un spin-off du film éponyme de Guy Ritchie.
AlloCiné - Copyright Christopher Rafael/Netflix La série « The Gentlemen » sur Netflix, est un spin-off du film éponyme de Guy Ritchie.

SÉRIE TÉLÉ - « Il n’y a qu’une seule règle dans la jungle. Quand le lion a faim, il mange !  » disait le personnage de Matthew McConaughey dans le film de 2019. Avec sa série spin-off The Gentlemen, Guy Ritchie emmène à nouveau les abonnés Netflix au cœur de la jungle et les plonge un peu plus dans l’univers de la pègre anglaise. S’il n’y a pas Matthew McConaughey, Hugh Grant, Charlie Hunnam ou encore Colin Farrell au casting, la série est bourrée de clins d’œil qui feront plaisir aux fans du réalisateur britannique.

Disponible depuis le 7 mars sur la plateforme, la série The Gentlemen raconte l’histoire de la famille d’aristocrate Horniman. Le second fils Eddie, retourne en Angleterre pour la mort de son père, le Duc. Il hérite de façon inattendue du titre et de la propriété à la place de son frère aîné Freddie. Il découvre que son domaine fait partie d’un empire du cannabis, appartenant à une famille de trafiquants. Pour échapper à leur emprise, Eddie va devoir jouer le jeu des gangsters. Au risque d’ y prendre goût.

Si la série change de décor, de nombreux qui définissent pour beaucoup le style de Guy Ritchie, permettent d’accrocher les téléspectateurs. Bien que cette fois l’action ne se passe pas dans la rue, quelques lieux rappellent beaucoup The Gentlemen et d’autres films du réalisateur : les fermes de cannabis et les salles de boxes pour ne citer qu’eux.

Autre clin d’œil évident : la présence au casting de l’acteur et ancienne star du foot Vinnie Jones, qui était déjà à l’affiche de Arnaques, crimes et botanique, Snatch et du film The Gentlemen. La série est par ailleurs, comme tous les films de Guy Ritchie, pleine d’humour, de dialogues audacieux, et dotée d’une bande originale pointue.

Des personnages qui crèvent l’écran

Théo James (The White Lotus) joue Eddie, un frère protecteur qui oscille entre sa condition de noble, et sa vraie nature stratège et brutale. Son grand frère Freddie, campé par Daniel Ings est l’incarnation parfaite de l’excentricité. Giancarlo Esposito (Breaking Bad) prête ses traits à un autre aristocrate, Stanley Johnston, un personnage aussi délicat qu’énigmatique.

Du côté des criminels, Kaya Scodelario est bien loin de son rôle de Teresa dans Le Labyrinthe. Elle joue Susie Glass, une jeune baronne de la drogue qui dirige le business familial d’une main ferme et sereine. La personnalité de son personnage rappellera aux fans du film, celle de Rosalind la femme de Mickey Pearson, jouée par Michelle Dockery.

Cette fois les gangsters sont plus raffinés, mais ne vous fiez pas à leurs bonnes manières. Malgré leurs tasses de thé et leur petit doigt levé, ils sont tout aussi affamés. Ici, les costumes trois-pièces vont de pair avec les gros calibres. C’est un parfait mélange entre « raffinement et agressivité » comme l’énonce le personnage de Stanley Johnston dans la bande-annonce. Comme dans le film, tout le monde veut sa part du gâteau, et les effusions de sang ne manquent pas.

Les huit épisodes de la série The Gentlemen, sont à découvrir sur Netflix.

À voir également sur Le HuffPost :

« Umbrella Academy » saison 4 : Netflix dévoile la date de sortie des dernières aventures de la famille Hargreeves

Eminem produit le documentaire « Stans » sur les « superfans », ses admirateurs les plus extrêmes