Publicité

Dans la série « De grâce » sur Arte, Panayotis Pascot n’est pas le seul à briller

Panayotis Pascot, ici dans « De grâce » sur Arte.
Alexandra Fleurantin Panayotis Pascot, ici dans « De grâce » sur Arte.

SÉRIES TÉLÉ - Panayotis Pascot range son nez rouge. L’humoriste de 25 ans, dont le récent premier roman a mis en lumière sa dépression et la longue acceptation de son homosexualité, continue sa route loin des blagues avec l’arrivée sur Arte.tv, ce mercredi 31 janvier, de la série De grâce, nouvelle production dramatique de la chaîne franco-allemande.

Dans De grâce, série en 6 épisodes réalisée par Vincent Maël Cardonna (César du meilleur premier film pour Les Magnétiques, en 2022), Panayotis Pascot campe Simon, un petit con aux faux airs de caïd. Le soir du soixantième anniversaire de son père, figure respectée chez les dockers, sa vie bascule.

Simon est mis en garde à vue dans une sombre affaire de cocaïne. Son grand frère, un concessionnaire auto un peu louche, aussi. Et alors que la sœur avocate vole à leur secours, le patriarche du clan Leprieur va, en tentant d’aider ses enfants, se frotter à des ennemis et des secrets qu’il aurait préféré oublier.

Découvrez ci-dessous la bande-annonce :

À mi-chemin entre le polar et la tragédie, De grâce nous plonge dans une sombre histoire de famille, sur fond d’un trafic de drogues au port du Havre devenu incontrôlable. La série, qui offre à Panayotis Pascot son premier rôle dramatique à l’écran, est portée par un beau casting, dont font partie Olivier Gourmet, Xavier Beauvois, Gringe et Margot Bancilhon.

La performance de cette dernière tire son épingle du jeu. Elle a valu à la comédienne française de 32 ans le prix de la meilleure actrice lors de la dernière édition du festival Séries Mania à Lille, où la série d’Arte était en sélection officielle.

Margot Bancilhon à l’écran

Des trois enfants Leprieur, Emma - Margot Bancilhon, dans la minisérie - est la seule à avoir quitté Le Havre. Si elle fait la fierté de son père à Paris, où elle est devenue une brillante avocate pénaliste, sa mère, elle, lui reproche de renier ses origines. Malgré les divisions, elle est décidée à se battre pour ses frères.

Margot Bancilhon, ici dans « De Grâce » sur Arte.
Alexandra Fleurantin Margot Bancilhon, ici dans « De Grâce » sur Arte.

Un personnage froid, mais courageux, joué par Margot Bancilhon avec plus de nuances que ne le laisse entendre le retour de cette parvenue dans son milieu ouvrier. Ce n’est pas son premier essai à l’écran.

Si son nom n’est pas encore totalement identifié par le grand public, Margot Bancilhon compte à son actif plusieurs rôles de premier plan, notamment dans les comédies Going to Brazil, Five d’Igor Gotesman et Ami-ami avec Jonathan Cohen.

Elle était également au casting du dernier film de Toledano et Nakache (Une année difficile). Dans la série Mixte sur Prime Video, aussi. La trentenaire partagera par ailleurs bientôt l’affiche de Machine avec JoeyStarr, nouvelle production d’Arte dont on sait encore peu de choses, si ce n’est qu’elle a sans doute dû apprendre une nouvelle discipline : les arts martiaux. Margot Bancilhon y joue une maître de kung-fu.

À voir également sur Le HuffPost :

TF1 lance « Le fil d’Ariane » avec Chantal Ladesou, sa nouvelle comédie policière au pitch loufoque

Comme « Master of the Air » sur Apple TV +, ces autres séries incontournables (et réalistes) sur la guerre