Le Sénat veut bloquer certains sites pornographiques

Unsplash

"Violences systémiques", femmes "exploitées", mineurs trop facilement exposés à des contenus traumatisants : le gouvernement doit mener la charge contre les dérives de l'industrie du porno, plaident les autrices d'un rapport sénatorial dévoilé mardi 27 septembre. La lutte contre ces violences doit devenir une "priorité de politique publique et pénale", plaident les quatre sénatrices Annick Billon (UDI), Alexandra Borchio Fontimp (LR), Laurence Cohen (PCF) et Laurence Rossignol (PS) dans ce rapport intitulé "Porno: l'enfer du décor", et adopté par la délégation aux droits des femmes du Sénat.

Depuis l'apparition, au milieu des années 2000, des grandes plateformes internet comme Pornhub ou Xvideos, la diffusion du porno est devenue massive, ce qui a "contribué à la recrudescence de contenus de plus en plus 'trash' et violents, sans aucun contrôle ni considération pour les conditions dans lesquelles ces contenus sont produits", dénoncent les autrices. "Les producteurs ne craignent pas d'exploiter la vulnérabilité économique et psychologique de femmes jeunes, voire très jeunes, et de réaliser des tournages dans des conditions déplorables", ajoutent-elles.

Face à des productions "qui atteignent le paroxysme de la violence", la société doit réagir en renforçant la répression pénale contre les responsables de cette industrie, en "favorisant l'émergence de plaintes des victimes", et en imposant aux plateformes de supprimer gratuitement les vidéos lorsque les femmes en font la demande, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le barème 2023 de l’impôt sur le revenu, les superprofits de Total vont-ils durer ? Le flash éco du jour
Santé : le nombre de lits fermés en 2021 à l'hôpital dévoilé
Guerre en Ukraine : Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe et récupère une coquette somme
Présidentielle 2022 : une enquête ouverte sur le financement de la campagne de Valérie Pécresse
Covid-19 : une école rend le masque obligatoire à nouveau, le directeur se fait harceler