Sécurité, terrorisme… Le confinement va-t-il faire monter la pression ?

Par Clément Pétreault
·1 min de lecture
Policiers du Raid en intervention à Épinal.
Policiers du Raid en intervention à Épinal.

Il faut avoir la mémoire courte pour s'imaginer qu'un nouveau confinement pourrait protéger opportunément les Français d'un risque terroriste en recrudescence? Le 4 avril dernier ? en plein confinement donc ?, un réfugié soudanais armé d'un couteau faisait deux morts et cinq blessés dans les rues de Romans-sur-Isère, avant d'être arrêté et mis en examen pour « assassinats et tentatives d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste ». Depuis, on l'a vu, tentatives d'égorgement et décapitations se multiplient sur le territoire, renforçant ce sentiment désarmant de l'émergence d'un « terrorisme du coin de la rue », pour reprendre l'expression de Cyrille Bret, qui vient de publier Dix Attentats qui ont changé le monde (Armand Colin).

Le confinement ne protège pas du terrorisme, et plus inquiétant, de nombreux spécialistes s'interrogent sur une possible aggravation des tensions et crispations identitaires que peut engendrer le retour de restrictions de libertés dans le cadre de la crise sanitaire. « Ces trois phénomènes s'entretiennent. Il y a eu, lors du premier confinement, un net phénomène de repli », analyse le spécialiste en sécurité Éric Delbecque, auteur de Les Silencieux. Ne nous trompons pas, les salafistes menacent la République : « Dans ce genre de moment, chacun se retranche sur sa sphère intime, son quartier, ou sa communauté. Ce repli peut être capté et instrumentalisé par des islamistes qui n'hésitent pas à expliquer que le Covid est ren [...] Lire la suite