Publicité

En Russie, le président entraîne le peuple dans sa paranoïa

Au moment où, dans l’espace médiatique ukrainien, on débat d’une probable nouvelle offensive russe, le pouvoir en Fédération de Russie se prépare réellement à une grande guerre – et cette fois, sur son propre territoire.

Chaque jour, la marge de manœuvre se réduit : dans tout le pays se déroulent des inspections des abris, pour ceux qui critiquent les décisions de Poutine, on parle déjà de réintroduire la peine de mort, et partir de Russie est un véritable chemin de croix. La psychose de masse, à la veille d’une nouvelle vague de mobilisation dans la Fédération de Russie, atteint déjà un niveau maximal.

Près de douze mois après le début de l’invasion de l’Ukraine, rien ne va plus, selon la majorité des Russes. Au lieu de joyeusement récolter les fruits de “la prise de Kiev”, ils n’écartent plus, désormais, la possibilité d’une frappe sur Moscou. Des systèmes de défense antiaérienne sont déployés sur les toits des bâtiments administratifs dans le périmètre du Kremlin, un signal désagréable pour les Russes.

“Back in USSR”

Une atmosphère de peur règne désormais dans plusieurs villes de Russie, suscitée par le flot des cercueils de zinc des “défenseurs de la patrie”, ainsi que par divers autres incidents. Début février, la version russe de Telegram a basculé dans l’hystérie autour d’une information sur l’explosion d’un drone Tu-141 Strij près de Kalouga. Un seul mot peut décrire la réaction à cette “attaque” sur le territoire de la Fédération de Russie : le choc. Et si l’on envisage l’hypothèse que ce drone est venu d’Ukraine, ce vol sans encombres au-dessus de la Russie s’est poursuivi sur 300 kilomètres. Ce qui témoigne parfaitement de la situation de la défense antiaérienne russe. Il y a un an, les Russes n’escomptaient sûrement pas que leur “guerre victorieuse” aurait un tel résultat.

Du fait de ce serrage de vis, la Russie rappelle de plus en plus l’URSS en matière de censure et de fermeture, et elle engendre également une psychose de masse. Il n’y a aucun doute que les dirigeants de la Fédération de Russie agissent ainsi délibérément : l’essentiel est de maintenir la température à un certain degré pour “lutter avec succès contre l’ennemi”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :