Dans les territoires occupés d'Ukraine, le Kremlin réécrit l’Histoire des petits et des grands​

© RIA Novosti/SPUTNIK/SIPA

Les annonces de recrutement pour travailler temporairement dans les territoires occupés d’Ukraine ont commencé à apparaître au mois de juin en Russie , transmises via les forums de discussions pédagogiques ou diffusées sur les sites des ministères régionaux de l’Éducation. « Urgent !!! Dans les régions de Zaporijjia et de Kherson, besoin de pédagogues pendant la période estivale pour préparer les écoles et l’année scolaire. 8 600 roubles (140 euros) par jour. Transport gratuit », pouvait-on lire sur le forum en ligne d’une école de Tchouvachie, petite république autonome située dans la Moyenne Volga où le salaire moyen des enseignants tourne autour de 25 000 roubles par mois (415 euros).

Après la distribution de passeports et l’introduction du rouble, l’éducation constitue un volet important du projet de russification à marche forcée entrepris par le Kremlin dans les territoires qu’elle occupe dans le sud et l’est de l’Ukraine. L’objectif : que toutes les écoles fonctionnent « selon les normes russes » dès la rentrée 2022. La mission principale de l’enseignement est « de dire toute la vérité sur nos peuples frères, sur nos réalisations communes, sur nos victoires communes », a déclaré le ministre russe de l’Éducation ­Sergeï ­Kravtsov en visite dans la ville occupée de Melitopol le 12 juin.

500 000 manuels scolaires et ouvrages de littérature russes

En pratique, les autorités russes ont remplacé les livres d’histoire des écoliers ukrainiens. L’agence de presse Tass rapporte...


Lire la suite sur LeJDD