Les Russes évacuent l’île des Serpents

PHOTO / GENYA SAVILOV / AFP

Dans la nuit du 29 au 30 juin, les forces russes ont brusquement quitté cet emplacement stratégique en mer Noire. Officiellement, ce serait un “geste de bonne volonté”, dit-on à Moscou. Les médias ukrainiens démentent, et expliquent pourquoi.

“Après une nouvelle opération de l’armée ukrainienne, les militaires russes ont évacué en hâte le reste de leur garnison sur l’île des Serpents, selon le Commandement Sud des forces ukrainiennes”, annonce le quotidien Den.

C’est une surprise pour la plupart des observateurs, qui ont les yeux rivés sur l’évolution des violents combats dans le Donbass, en particulier autour de Lyssytchansk. Et pourtant, affirme le site d’information Novyny, “l’épopée qui a duré quatre mois autour de l’île des Serpents est terminée – la flotte de mer Noire et la garnison russe ont subi une défaite décisive dans les environs de l’île”.

Mais “pourquoi l’idée des Russes de s’accrocher à l’île était condamnée depuis le début ?” La raison, estime Novyny, est évidente. Il serait “simplement impossible de sérieusement s’y retrancher. À cause du calcaire – il n’y a pas d’eau potable, il est impossible de creuser des abris sérieux, de déployer des réserves de matériel et d’équipements”.

“Mais l’état-major russe espérait, en s’emparant de ce ’rocher’ dès le 24 février, pouvoir contrôler le delta du Danube, créer une base pour surveiller les navires en haute mer, procéder à des frappes en profondeur sur le territoire ukrainien.”

Les Russes “misaient sur le fait que les systèmes Pantsyr S1 et Tor M-2 pourraient détruire les Smertch et les Totchka ukrainiens” à longue portée. Kiev n’aurait plus alors disposé que d’une “artillerie de l’époque soviétique incapable d’atteindre l’île”, qui se trouve à 45 kilomètres du delta du Danube et à 51 kilomètres du port ukrainien le plus proche, Vylkové.

Une position indéfendable

Ils ont “déployé sur l’île un poste de guidage aérien, une station radar, et des moyens antiaériens qui, pensaient-ils, pourraient efficacement contrer les drones de frappe Bayraktar et l’aviation d’assaut ukrainienne”. De plus, “à 70 kilomètres de la côte, sur des plateformes d’extraction de gaz volées à l’Ukraine, ils avaient installé des systèmes de surveillance radiotechnique, des contre-mesures électroniques et une station de radar Neva”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

VIDÉO - Guerre en Ukraine: la Russie a quitté l'île aux Serpents

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles