Les ruptures de stock en hausse : quels produits manquent le plus en magasin ?

WavebreakMediaMicro/Adobe Stock

Dans les rayons des supermarchés, vous avez peut-être constaté l'absence de certains produits, en rupture de stocks. Le dernier baromètre NielsenIQ pour LSA dont LSA s'est fait l'écho le 21 novembre dernier, nous livre des indications sur les produits concernés, ainsi que sur le taux général de rupture, tous secteurs confondus. Ce chiffre est en hausse à 5,6% soit 1,5% de plus qu'il y a un an, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis les années 1970, et qui est dû à l'explosion des prix de l'énergie, à la guerre en Ukraine, à la grippe aviaire, aux inondations monstres en Inde et au Pakistan, et à l'inflation. Selon l'Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 1% sur un mois en octobre dernier, et de 6,2% sur un an.

En pratique, quels sont les produits qui ont disparu des rayons ? Le secteur des liquides est le premier concerné, avec un taux de rupture moyen de 6,4%, rapporte TF1, vendredi 25 novembre. Les produits qui manquent le plus sont les eaux gazeuses et les eaux aromatisées, avec une hausse du taux de rupture par rapport à l'année dernière de 9,6 points pour les premières, et de 4,5 points pour les secondes. Constatant le même problème le mois dernier, NielsenIQ expliquait en partie cette tension par les pénuries d’emballage.

Viennent ensuite les œufs, dont le taux de rupture (de 12%) a été particulièrement élevé début novembre, les granulés de bois, les sauces, le beurre (10%) et le riz (11%). Dans son étude précédente publiée début novembre, le panéliste expliquait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Black Friday Apple : ce pack de AirTag est la vente flash à ne pas louper ce dimanche
Ce vélo électrique frôle la rupture de stock à cause de cette remise incroyable chez Cdiscount
Les AirPods 2 sont à prix fracassé pour le Black Friday Cdiscount (stock limité)
Ticket de métro, passe Navigo... Quels seront les prix des titres de transport en Île-de-France à partir du 1er janvier 2023 ?
"Augmenter de 20 % tous nos produits, creuser nos dettes" ou "fermer" : le désarroi de ces boulangers qui voient leur facture d'électricité multipliée par trois