Rugby: mauvaise nouvelle pour la FFR qui va perdre son sponsor historique

Coup dur pour les comptes de la FFR. Après les révélations de L'Equipe jeudi, le président Florian Grill a confirmé à RMC Sport l’arrêt du partenariat entre la Fédération et son partenaire historique, la GMF (Garantie mutuelle des fonctionnaires) au mois de juin 2024. La GMF était le sponsor de la FFR depuis 1985, ce qui en faisait le plus ancien partenaire de la Fédération et l’un des principaux avec la Société générale, Orange, Altrad, Le Coq sportif et Renault. Le dernier renouvellement de contrat avait été signé en 2018. Il rapportait cinq millions d’euros par an à la FFR. Depuis 1989, la GMF était aussi devenu l’assureur de tous les licenciés, des clubs, des comités départementaux et des ligues de la FFR. C’est donc un partenaire historique qui coupera les ponts avec l'instance fédérale au mois de juin prochain, à la fin de son contrat.

Mais pourquoi la GMF quitte-t-elle la FFR ? Une nouvelle grille de partenariat dont la nouvelle gouvernance a hérité en arrivant en juin 2023, après la démission de Bernard Laporte a été mise en place. "Avant, 5 à 6 partenaires majeurs étaient sur un pied d’égalité, explique le président Florian Grill. Aujourd’hui, trois partenaires seront mis en exergue. Des partenaires de "rang 1" qui figureront sur le maillot et le short des Bleus pour 6 à 12 millions d’euros par an. Il y aura quatre partenaires de "rang 2", moins exposés, pour 2,5 millions d’euros par an. La GMF ne s’y retrouvait pas et a retiré son dossier, comme d’autres."

Un déficit d'exploitation de 40M pour la FFR

Ce départ n’arrange pas du tout la FFR dont la situation financière est toujours très délicate. "Je me serais bien passé de ça", déplore le Florian Grill. L’instance du rugby français doit trouver de nouvelles ressources dans un contexte de déficit d’exploitation de 40 millions d’euros pour les saisons 2022-2023 et 2023-2024. Florian Grill tient malgré tout à "remercier la GMF pour toutes les années de collaboration. Il y a un aspect émotionnel important", indique le patron de la FFR. Des discussions sont en cours avec d’autres partenaires potentiels mais rien n’est signé.

Concernant le contrat d’assurance collectif, le risque c'est que le nouveau deal soit plus cher que le précédent. Avec la perte de ce partenaire majeur, la FFR perd l'une de ses principales ressources, et elle risque en plus de payer plus cher son assurance. Un appel d'offre a été lancé et court jusqu'au 12 février 2024.

Article original publié sur RMC Sport