Publicité

Rudolf Friemel et Margarita Ferrer Rey, l'unique mariage d'Auschwitz

Ils se sont faits beaux pour la photo, mais le sourire n'est pas aux lèvres des jeunes mariés. Et pour cause : leur union fut la seule célébrée dans l'enceinte même du camp d'extermination d'Auschwitz. Ce cliché jauni représentant le détenu autrichien Rudolf Friemel et son épouse espagnole Margarita Ferrer Rey a été cédé par leur petit-fils avec d'autres documents exceptionnels à la ville de Vienne, qui les expose pour la première fois dans sa bibliothèque jusqu'au 30 septembre. Il remémore une parenthèse dans les ténèbres : le mariage autorisé par les nazis de ces deux amoureux, enregistré le 18 mars 1944 à 11 heures par le service d'Etat civil du camp. «Comment en est-on arrivé à cet événement singulier ?», se demande le maire social-démocrate de Vienne Michael Ludwig, en préambule du catalogue de l'exposition. Rudolf Friemel, Margarita Ferrer Rey et leur enfant. © JOE KLAMAR / Wienbibliothek im Rathaus / AFP «Affecté à la maintenance d