Publicité

La rué vers "l'or blanc" s'intensifie en Europe

Dans l'est de la France, mais aussi plus récent dans le Massif central, les réserves de lithium exploitables commencent à se faire connaître dans l'Hexagone. Mais en Europe aussi, plusieurs pays comptabilisent les zones où "l'or blanc" se trouve, dans l'espoir de pouvoir alimenter ses propres usines de batteries et de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine à ce niveau.

La ville de Bitterfeld-Wolfen, autrefois tristement célèbre pour son désastre écologique, est en train de se métamorphoser en un élément clé de la transition verte de l'Allemagne. Cette transformation est incarnée par l'émergence de la première raffinerie de lithium à grande échelle du pays, qui devrait jouer un rôle central dans les plans européens visant à extraire et raffiner localement les matières premières nécessaires à l'alimentation des véhicules électriques.

Une mine de lithium clé pour l'Europe ?

À partir du mois de mai, cette usine produira du lithium. Le choix de Bitterfeld-Wolfen dans l'est de l'Allemagne, à proximité des acteurs clés de l'industrie automobile allemande, souligne l'importance stratégique du site. L'Union européenne, consciente de sa dépendance croissante aux importations de métaux rares, a présenté des propositions visant à sécuriser les approvisionnements en matières premières critiques, du lithium au cobalt en passant par le nickel des batteries automobiles. La ville de Bitterfeld-Wolfen, ancien bastion sinistré de l'industrie chimique est-allemande, pourrait ainsi voir son destin bouleversé par cette ruée vers "l'or blanc". Le premier module de l'usine pourra produire 20 000 tonnes d'hydroxyde de lithium par...Lire la suite sur Autoplus