Publicité

RSA, Smic, assurance chômage… Toutes les annonces de Gabriel Attal pour atteindre le « plein-emploi »

Le Premier ministre a dessiné la feuille de route de son gouvernement pendant sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale.

RSA, Smic, assurance chômage… Toutes les annonces de Gabriel Attal (ici le 29 janvier) pour atteindre le « plein emploi »
JULIEN DE ROSA / AFP RSA, Smic, assurance chômage… Toutes les annonces de Gabriel Attal (ici le 29 janvier) pour atteindre le « plein emploi »

POLITIQUE - Nouveau tour de vis. Le Premier ministre a dévoilé la feuille de route de son gouvernement ce mardi 30 janvier lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Les projets sont nombreux (concernant entre autres le marché du travail), le cap est droitier.

Souhaitant « affronter pour avancer », son mot d’ordre répété à l’envi pendant ses 80 minutes de discours, Gabriel Attal a donc annoncé plusieurs mesures afin d’encourager le « retour à l’emploi. » Avec un fil rouge, tissé depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron : réduire à nouveau les droits des salariés ou des personnes sans emploi.

Le HuffPost vous propose, ci-dessous, un tour d’horizon des mesures économiques annoncées par le Premier ministre.

Pas d’allocation spécifique pour les chômeurs en fin de droits

Tout d’abord, le chef du gouvernement a indiqué que les chômeurs en fin de droits n’auraient plus d’allocation spécifique de solidarité permettant « sans travailler, de valider des trimestres de retraite. » Ils basculeront directement au revenu de solidarité active (RSA).

« Nous avons une conviction et une cohérence forte : nous considérons que la retraite doit être le fruit du travail. Et donc nous proposerons la bascule de l’allocation de solidarité spécifique au RSA et la suppression de cette allocation », a ainsi expliqué Gabriel Attal, pour qui « personne ne demande un droit à la paresse dans notre pays. »

Le RSA conditionné à une activité

Concernant le RSA, il sera désormais conditionné par 15 heures d’activité pour l’insertion. Une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Ce mardi, le Premier ministre a précisé qu’il n’attendrait pas les résultats ou les enseignements de l’expérimentation lancée dans une vingtaine de départements depuis le 1er janvier dernier, avant de la généraliser.

Le mécanisme en question deviendra la règle pour tous, dès le 1er janvier 2025, pour, selon les mots de Gabriel Attal, « déverrouiller l’accès au travail » et répondre au « devoir de chercher un emploi. »

Aller « plus loin » sur l’assurance-chômage

Dans cette même logique, le chef du gouvernement a confirmé la volonté de l’exécutif d’aller « plus loin dans la réforme de l’assurance-chômage », indiquant qu’il demandera aux partenaires sociaux de négocier de nouvelles règles si sa trajectoire financière « dévie. » En 2023, le camp présidentiel avait déjà fait adopter un projet qui durcissait les règles d’indemnisation.

« Nous combattrons également toutes les trappes à inactivité », a par ailleurs ajouté le chef du gouvernement, tout en rappelant « l’objectif » cardinal de l’exécutif : atteindre le « plein-emploi. » Certains diraient quoi qu’il en coûte.

« Desmicardiser » le pays

Enfin, sur ce volet, le Premier ministre a annoncé une réforme sur les bas salaires, pour « désmicardiser la France », selon ses mots. « Nous devons faire évoluer un système qui nous a conduits, depuis des décennies, à concentrer nos aides, nos exonérations, au niveau du Smic », a ainsi déclaré le chef du gouvernement, sans en dire davantage sur cette impulsion qu’il souhaite pour le prochain projet de loi de finances.

Il a simplement promis d’agir « résolument » pour que les branches professionnelles qui continuent à rémunérer en dessous du Smic « remontent ces rémunérations », n’excluant « aucune mesure » pour parvenir à des résultats rapides.

À travers cette logique, Gabriel Attal entend également « tenir le cap » d’un retour du déficit public sous les 3 % du PIB d’ici à 2027. Ceci, grâce à « la maîtrise de nos dépenses » et non à « trop d’impôts ».

VIDÉO - RSA: Gabriel Attal annonce la généralisation des 15 heures d'activité obligatoires "à tous les départements de France d'ici le 1er janvier 2025"