Publicité

Royaume-Uni: des parents emprisonnés pour la mort par négligence de leur fille obèse

Royaume-Uni: des parents emprisonnés pour la mort par négligence de leur fille obèse

Les parents d'une adolescente britannique obèse décédée à 16 ans au domicile familial dans des conditions particulièrement sordides ont été condamnés mercredi à des peines dépassant six ans de prison pour homicide involontaire par négligence grave.

Kaylea Titford, 16 ans, avait été retrouvée dans des conditions décrites au tribunal comme "indignes de tout animal", dans des vêtements et des draps souillés, après sa mort dans la maison familiale à Newton au Pays de Galles en octobre 2020. L'adolescente pesait alors 146 kilos.

6 et 7 ans d'emprisonnement

Kaylea, qui se déplaçait en fauteuil roulant, est morte à la suite d'une inflammation et d'une infection dues à un ulcère résultant de son obésité et de son immobilité.

Sa mère, Sarah Lloyd-Jones, âgée de 40 ans, a été condamnée par la justice à Swansea, au Pays de Galles, à 6 ans de prison et son père, Alun Titford, 45 ans, a reçu une peine de 7 ans et demi d'emprisonnement.

La mère de Kaylea ayant plaidé coupable n'a pas eu de procès, contrairement à son père, qui niait les faits. Devant la justice, il avait expliqué ne pas s'être occupé de sa fille car il était "paresseux".

Tapis pour chiens, bouteilles d'urine...

La jeune femme vivait immobile dans des draps souillés, couchée sur des tapis pour chiens. Sa chambre était sale et encombrée, avec des bouteilles d'urine.

Les services d'urgence appelés sur place le 10 octobre 2020 ont décrit une odeur de "pourriture" dans la chambre. Des asticots ont été retrouvés sur place et les experts pensent qu'ils se sont nourris du corps, a-t-il été dit lors du procès.

L'adolescente, qui était scolarisée avant la pandémie dans un lycée de Newton, était décrite par le personnel comme "drôle et bavarde" mais n'a jamais remis les pieds à l'école après la levée des restrictions.

Un procès "anormalement pénible"

Selon l'accusation, la jeune femme, qui n'était plus suivie sur les plans diététique et physique depuis 2017, n'est pas sortie de son lit pendant la pandémie et son fauteuil roulant est devenu trop petit.

Le père de la victime avait affirmé que c'est Sarah Lloyd-Jones, qui était une travailleuse sociale, qui avait la responsabilité de s'occuper de leur fille et que lui s'était déchargé de son rôle à la puberté de l'adolescente.

Après le verdict et en raison du caractère "anormalement pénible" de ce procès, le juge a proposé aux jurés d'avoir accès à des services de soutien psychologique et les a exemptés d'être jurés pour les dix prochaines années.

Article original publié sur BFMTV.com