Publicité

Royaume-Uni: chasse à l'homme après l'évasion d'un homme poursuivi pour infraction terroriste

Son évasion d'une prison londonienne embarrasse les autorités: les recherches d'un ex-militaire britannique poursuivi pour "infraction terroriste" se poursuivent ce vendredi.

L'évasion à bord d'un camion de livraison, sans que quiconque ne s'en aperçoive, de Daniel Khalife a déclenché une chasse à l'homme dans tout le pays et a suscité la stupéfaction et des questions sur le système pénitentiaire.

Le jeune homme de 21 ans est soupçonné d'avoir collecté des renseignements pouvant servir à des terroristes ou des ennemis du Royaume-Uni. Selon plusieurs médias, dont la BBC, il est soupçonné d'avoir agi au profit de l'Iran.

"Daniel Khalife sera retrouvé et devra faire face à la justice", a lancé le ministre de la Justice Alex Chalk devant les députés.

Une aide à l'intérieur de la prison?

Selon le déroulement des faits rendu public par les autorités, l'absence du détenu a été signalée près de 20 minutes après qu'un véhicule a quitté la prison londonienne de Wandsworth mercredi vers 7h30, heure locale, après avoir effectué une livraison pour les cuisines. Des sangles ont été trouvées sous le véhicule, suggérant qu'il s'y est attaché. La police a partagé une photo de ce q'elle suspecte être le camion en question:

Vendredi matin, le chef de la Metropolitan Police de Londres, Mark Rowley, a confirmé que des recherches étaient en cours dans le parc de Richmond, dans le sud de Londres, vaste espace vert près de Wandsworth.

S'exprimant sur la radio LBC, il a assuré que la police allait "tout examiner dans son enquête". "Est-ce qu'il a fait cela tout seul? Est-ce que quelqu'un à l'intérieur de la prison l'a aidé? Est-ce que quelqu'un à l'extérieur l'a aidé?", s'est-il notamment interrogé. La fuite a été "clairement préparée en amont", a estimé Mark Rowley.

"Planifier une évasion, comment gérer la logistique, obtenir le bon équipement, et déterminer comment faire... il est peu probable que ce soit quelque chose que l'on fait sur un coup de tête", a-t-il insisté.

La sécurité de la prison en question

Face à la foule de questions posées par cette évasion, le ministre de la Justice a annoncé plusieurs enquêtes sur le niveau de sécurité de cette prison et la décision d'y avoir écroué Daniel Khalife.

La députée travailliste Rosena Allin-Khan a dénoncé devant le Parlement les conditions de travail inadéquates et dangereuses du personnel pénitentiaire dans cet établissement, évoquant des effectifs insuffisants. L'opposition s'interroge sur la présence dans cette prison réputée vétuste datant du XIXe siècle, et non dans un établissement de haute sécurité, de ce détenu poursuivi pour des charges relatives à la sécurité nationale.

Poursuivi pour infraction terroriste

Daniel Khalife est poursuivi pour des faits remontant à janvier et août 2021, sur une base de la Royal Air Force de Strafford, dans le centre de l'Angleterre. Il est accusé d'avoir obtenu ou tenté d'obtenir des informations "au sujet d'un individu qui était ou a été un membre" de l'armée britannique, "susceptibles de servir à une personne commettant ou préparant un acte de terrorisme".

Il est également poursuivi pour une fausse alerte à la bombe, le 2 janvier dernier. Il dément les accusations portées contre lui.

"Il est extrêmement rare que quiconque s'échappe de prison, mais ce qui est plus grave c'est qu'il s'agit d'un prisonnier accusé de délit terroriste", a admis sur la BBC l'inspecteur en chef des prisons Charlie Taylor.

Un manque de personnel

Il a souligné que la prison de Wandsworth suscitait des inquiétudes particulières en raison du manque de personnel, qui atteignait 30% des effectifs lors du dernier contrôle il y a deux ans.

Downing Street a rejeté toute responsabilité du gouvernement en raison des problèmes d'effectifs, assurant avoir embauché 4.000 personnes pour le système pénitentiaire depuis 2017 et prévoir 5.000 postes supplémentaires, en plus d'investissements pour ouvrir 20.000 places pour les prisonniers.

Par crainte de voir le fugitif quitter le pays, la sécurité a été renforcée dans les aéroports et ports, donnant lieu à la fermeture temporaire de sorties de l'autoroute du sud-est de l'Angleterre qui mène au port transmanche de Douvres, permettant notamment de rejoindre la France.

Article original publié sur BFMTV.com