Publicité

Royaume-Uni : elle tente de recruter un tueur à gages pour assassiner un collègue

L'accusée a publié une annonce sur le dark web offrant une prime de près de 20 000 euros pour le meurtre de son collègue (Photo : Getty Images)

L'accusée aurait eu une brève liaison avec le collègue en question et l'aurait ensuite harcelé pendant deux ans, avant de tenter de le faire tuer.

Elle était prête à se ruiner pour se venger. Une Britannique âgée de 44 ans a récemment été condamnée à sept ans et demi de prison par le tribunal de Norwich (Royaume-Uni), pour avoir tenté d'engager un tueur pour assassiner un collègue de travail avec lequel elle avait eu une brève liaison il y a quelques années.

Selon la BBC, l'accusée aurait développé une obsession pour le collègue en question, âgé d'une cinquantaine d'années. Alors que celui-ci avait mis un terme à leur relation, elle l'aurait harcelé d'emails et de textos, parfois à caractère sexuel, pendant deux ans. La quadragénaire aurait été jusqu'à changer d'emploi dans le seul but de suivre cet homme, qui avait lui-même démissionné pour rejoindre une autre entreprise.

Une annonce sur le dark web

Le quinquagénaire avait fini par contacter la police, qui avait eu une discussion avec l'accusée. Celle-ci avait ensuite présenté ses excuses à son collègue, mais elle aurait également entrepris, à partir de ce moment-là, de recruter un tueur à gages pour l'assassiner. En juillet 2022, la quadragénaire aurait ainsi laissé une annonce sans équivoque sur un obscur site du dark web.

Dans ce message intercepté par la police, l'accusée proposait explicitement une prime de 17 000 livres sterling (environ 19 500 euros) pour "tuer quelqu'un dans le Norfolk", précisant au passage qu'il était "vital que cela ressemble à un accident". La commanditaire expliquait aussi avoir placé l'argent sur un compte spécifique, accompagné de l'adresse et de détails personnels sur la personne à assassiner.

La justice pense que l'accusée a été arnaquée

Arrêtée par les forces de l'ordre suite à la découverte de l'annonce, la quadragénaire a reconnu les faits et été mise en examen pour tentative d'assassinat. L'enquête a ensuite montré qu'elle avait contracté plusieurs prêts pour réunir la somme proposée pour la tête de son collègue. Alors que cet argent n'a toujours pas été retrouvé, la justice pense que l'accusée a été arnaquée et que la prime n'a pas été récupérée par un véritable tueur à gages.

Qualifiée de "dangereuse délinquante" par le juge qui a examiné son cas, la quadragénaire a finalement été condamnée à sept ans et demi de prison ferme, assortis d'une période probatoire de cinq ans. Elle est par ailleurs définitivement interdite d'entrer en contact avec son ancien collègue, qui a expliqué lors du procès qu'il "souffrait d'anxiété quasiment tous les jours" depuis la révélation de cette affaire.

VIDÉO - Une Britannique engage un tueur à gages pour éliminer son ex-amant