Royaume-Uni: à 4 ans, il sait lire couramment et compter dans 7 langues différentes

Teddy Hobbs, 4 ans et polyglotte. - Beth Hobbs
Teddy Hobbs, 4 ans et polyglotte. - Beth Hobbs

Un polyglotte haut comme trois pommes. Capable de lire couramment et de compter dans sept langues différentes, le petit Theodore Hobbs, 4 ans, a été admis au sein de l'organisation internationale Mensa, réservée aux personnes à haut potentiel intellectuel en fin d'année dernière, alors qu'il n'était âgé que de 3 ans. Il en est le plus jeune membre au Royaume-Uni, rapporte The Independent.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il apprend à lire seul à 2 ans

Affectueusement surnommé Teddy, le petit garçon peut compter jusqu'à 100 en anglais, sa langue maternelle, mais aussi en français, en espagnol, en allemand, en mandarin et en gallois.

Le jeune Britannique a également appris à lire, seul, dès l'âge de 2 ans et 4 mois et n'hésite pas à s'attaquer à des romans entiers. Il s'est notamment attelé à la célèbre saga Harry Potter. Ses parents ne l'autorisent cependant pas à lire tous les passages.

Selon ses parents, le garçonnet n'est pas non plus allergique aux chiffres: réciter les tables de multiplication fait partie de ses activités préférées. "Il s'est même enthousiasmé pour des fractions une fois, au point de saigner du nez", assure sa mère au média britannique.

Un résultat bluffant à un test de QI

Le petit Teddy a rejoint l'association Mensa après avoir passé le test de Stanford-Binet, un test de QI reconnu. L'exercice a beaucoup amusé le garçonnet, selon ses parents.

"On lui a dit qu'il allait faire des puzzles pendant une heure avec une dame et il a trouvé ça merveilleux", raconte sa mère.

Le score du jeune garçon s'est révélé particulièrement élevé: 139 sur une échelle de 160, alors qu'il ne dépasse pas 110 pour la majorité de la population. Une grande surprise pour ses parents.

"On savait qu'il pouvait faire des choses que les autres enfants de son âge ne peuvent pas faire, mais on ne s'était pas rendu compte à quel point il était doué", assure sa mère.

Avec ce score, les parents apprennent que le jeune Teddy est admissible au sein de l'association pour les personnes à haut potentiel. "C'est un hasard extraordinaire que (Teddy) ait été accepté. (...) On n'a jamais eu pour objectif qu'il intègre Mensa", assurent-ils.

"Rien ne lui échappe"

La curiosité du jeune garçon n'est pas toujours évidente à gérer au quotidien pour ses proches. Lorsque Teddy n'hésite pas à lui poser des questions sur la guerre en Ukraine, sa mère reconnaît être destabilisée. "C'est difficile de lui expliquer, alors qu'il est si jeune", concède-t-elle.

"Rien ne lui échappe, il écoute tout. Il peut se souvenir de conversations qu'on a eu à Noël l'année dernière", s'amuse-t-elle encore.

Encore peu conscient de sa différence, le jeune garçon fera sa première rentrée des classes en septembre prochain. Comme les autres enfants de son âge cette fois.

Article original publié sur BFMTV.com