Publicité

Ron DeSantis se retire de la course à l’investiture républicaine, il soutiendra Trump

Ron DeSantis, ici s’adressant à ses partisans lors d’un rassemblement de campagne à Nashua, dans le New Hampshire, le 19 janvier 2024.
BRANDON BELL / Getty Images via AFP Ron DeSantis, ici s’adressant à ses partisans lors d’un rassemblement de campagne à Nashua, dans le New Hampshire, le 19 janvier 2024.

ÉTATS-UNIS - Le suspense s’est considérablement réduit dans le camp républicain ce dimanche 21 janvier. Le gouverneur de Floride Ron DeSantis a annoncé qu’il se retirait de la course à l’investiture républicaine, et qu’il soutiendrait Donald Trump en vue de l’élection présidentielle de novembre.

« Je suspends aujourd’hui ma campagne », a-t-il dit dans une vidéo publiée sur X. « Il est clair selon moi que la majorité des électeurs républicains de la primaire veulent donner une autre chance à Donald Trump. »

Ron DeSantis, aux positions dures sur l’immigration et l’avortement, est arrivé deuxième lors des caucus de l’Iowa lundi, loin derrière Donald Trump, avec 21 % des voix contre 51 % pour l’ancien président.

« Je ne peux pas demander à nos bénévoles de donner de leur temps et de leur argent si nous n’avons pas un chemin clair vers la victoire », a-t-il justifié dans sa vidéo.

« J’ai eu des désaccords avec Donald Trump, comme sur la pandémie de coronavirus », mais « Trump est meilleur que le sortant actuel, Joe Biden », a ajouté l’homme de 45 ans.

Nikki Halley et Ryan Binkley, les deux autres candidats républicains encore en lice

Son annonce intervient à deux jours des primaires dans l’État américain du New Hampshire. Donald Trump sera en concurrence avec plus que seulement deux candidats, Ryan Binkley et Nikki Halley.

Cette dernière a remis en question ce week-end la capacité mentale de Donald Trump à gouverner, après que celui-ci a semblé la confondre avec une autre responsable politique.

Lors d’un meeting vendredi, il a en effet plusieurs fois prononcé le nom de Nikki Haley alors qu’il abordait le sujet de l’assaut du Capitole américain par ses partisans, le 6 janvier 2021. « Nikki Haley est chargée de la sécurité, nous lui avons proposé 10 000 personnes, soldats, garde nationale, tout ce qu’ils veulent. Ils l’ont refusé », a-t-il ainsi déclaré.

Donald Trump, 77 ans, se moque lui-même régulièrement des gaffes et de l’âge de Joe Biden, 81 ans, qu’il dépeint comme quasiment sénile.

À voir également sur Le HuffPost :

Donald Trump, vainqueur dans l’Iowa, donne déjà rendez-vous en novembre

Donald Trump condamné à payer au « New York Times » près de 400 000 dollars de frais d’avocat