Publicité

Roman Polanski sera jugé en mars 2024 pour diffamation d'une femme qui l'accuse d'abus sexuels

Roman Polanski en mai 2017 à Cannes  - Valery Hache - AFP
Roman Polanski en mai 2017 à Cannes - Valery Hache - AFP

Le cinéaste Roman Polanski sera jugé pour diffamation le 5 mars 2024 à Paris pour avoir mis en doute la véracité des accusations d'abus sexuels portées à son encontre par l'actrice Charlotte Lewis.

La 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris a fixé, ce mardi, au 5 mars 2024 le procès de Roman Polanski pour "diffamation". Le cinéaste avait été mis en examen, en 2021, après une plainte déposée par l'actrice britannique Charlotte Lewis. Celle-ci reproche à Roman Polanski d'avoir tenu, dans une interview à Paris Match, des propos mettant en doute la véracité des abus sexuels dont elle l'accuse depuis plus de 10 ans.

Âgé aujourd'hui de 89 ans, Roman Polanski n'a jamais été jugé en France. En matière de diffamation, le renvoi devant le tribunal est quasiment automatique, dans la mesure où les accusations portées sont examinées à l'audience.

La directrice de la publication de Paris Match qui avait publié l'entretien critiqué sera, elle aussi, jugée lors de ce procès. Dans cet article, Roman Polanski avait notamment déclaré : "Voyez-vous, la première qualité d'un bon menteur, c'est une excellente mémoire. On mentionne toujours Charlotte Lewis dans la liste de mes accusatrices sans jamais relever ses contradictions".

"Odieux mensonge"

L'accusant d'un "odieux mensonge", le cinéaste mentionnait des propos attribués à la comédienne dans un entretien qu'elle avait accordé en 1999 au tabloïd britannique News of the World.

Le cinéaste soulignait la phrase suivante attribuée à Charlotte Lewis en 1999: "Je savais que Roman avait fait quelque chose de mal aux Etats-Unis, mais je voulais être sa maîtresse (...). Je le désirais probablement plus que lui ne le voulait".

L'actrice a toutefois contesté dès 2010 la véracité de ces propos passés. "Nombre des citations qui me sont attribuées dans l'article de News of the World ne sont pas exactes", avait-elle dit.

A la suite de l'entretien paru dans Paris Match, les avocats de Charlotte Lewis avaient déposé une plainte avec constitution de partie civile en mars 2020, conduisant au renvoi du cinéaste devant le tribunal correctionnel.

Contactée par l'AFP, Me Delphine Meillet, une des avocates de M. Polanski, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Née en 1967, Charlotte Lewis avait tourné dans le film Pirates réalisé par Roman Polanski en 1986. En 2010, elle avait affirmé, lors d'une conférence de presse à Los Angeles avoir été "abusée sexuellement" par le cinéaste alors qu'elle avait 16 ans.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Emmanuelle Seigner défend Roman Polanski dans Sept à huit, ses propos indignent la Toile