Publicité

Ces robots qui parlent grâce à OpenAI relancent sérieusement la course aux androïdes

TECH - La course aux robots humanoïdes est lancée, et certains veulent vous parler, comme celui que vous pouvez voir dans notre vidéo ci-dessus. Il est développé par Figure AI, une start-up qui veut « éliminer les emplois dangereux et indésirables » grâce à leurs robots habiles et polyvalents.

Et pour l’instant, ça marche plutôt bien : en janvier, leurs androïdes ont été embauchés pour travailler dans une usine BMW, et en février la start-up a levé plus de 675 millions de dollars. Un des investisseurs est d’ailleurs OpenAI, qui a développé ChatGPT - et grâce à OpenAI, le robot Figure peut maintenant tenir une conversation.

Comme l’explique The Verge, c’est un vision language model (VLM) entraîné par OpenAI qui permet au robot de répondre à un prompt, tout en interagissant avec des objets. Une belle performance, même si dans les commentaires, certains se moquent des longs silences entre les réponses, ou encore de la voix du robot, comparée à celle « d’un fumeur de 50 ans ».

Une compétition pour le meilleur androïde

Cette avancée montre bien l’engouement autour des robots humanoïdes. Plusieurs prototypes prometteurs ont en effet été lancés ces dernières années, le but étant de les doter d’intelligence artificielle pour leur permettre d’apprendre et de s’améliorer. Dans la compétition, on retrouve notamment NEO de l’entreprise norvégienne 1X. Lui aussi soutenu par OpenAI, il ressemble beaucoup au modèle de Figure.

Il y a aussi Apollo, le robot d’Apptronik, et Digit de la société Agility, qui a commencé à être testé chez Amazon en octobre dernier. Sans oublier Optimus Gen 2 chez Tesla, qui peut plier du linge et faire des squats (mais seulement de manière préprogrammée, précise TechCrunch).

Ces androïdes ont tous été développés pour tenter d’effectuer une variété de tâches humaines de manière polyvalente. Pour la plupart, la première phase de test se fera dans des entrepôts, avec des tâches simples et répétitives. À terme, ils arriveront peut-être dans nos foyers... Mais pour l’instant, ils demeurent relativement lents et sont loin d’être autonomes.

À voir également sur Le HuffPost :

Cette IA a appris à regarder le monde à travers les yeux d’un bébé

Si vous êtes seul pour la Saint-Valentin, draguer un chatbot n’est pas (forcément) la pire des idées