Publicité

Ces « robots humanoïdes » vont travailler dans une usine BMW

TECH - Votre prochain collègue sera-t-il un robot ? En tout cas, c’est ce qui attend les quelque 11 000 employés de l’usine BMW de Spartanburg, en Caroline du Sud. Ce jeudi 18 janvier, la start-up Figure a annoncé que les robots humanoïdes qu’elle développe depuis 2022 ont été embauchés, et que leur premier employeur sera le célèbre constructeur allemand d’automobiles.

1m70, 60 kg, 5 heures d’autonomie et une charge utile allant jusqu’à 20 kg. Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, le modèle Figure 01 met toutes les chances de son côté pour être le parfait employé… Particulièrement pour les tâches auxquelles personne ne veut se coller. « Ces robots peuvent éliminer les emplois dangereux et indésirables, nous permettant enfin de mener des vies plus heureuses et qui ont du sens », explique l’entreprise sur son site.

Si Figure n’a pas indiqué combien de robots seront mis au travail par BMW, il est prévu qu’ils soient déployés dans les prochains 12 à 24 mois, précise l’agence de presse Reuters. Au début, ils commenceront par des tâches simples et spécifiques, et travailleront notamment dans l’atelier de carrosserie et dans l’entrepôt de l’usine.

Une tendance qui se généralise

Si les robots de Figure ont une apparence « humaine », c’est avant tout pour mieux accomplir ses missions. Dotés de bras, de jambes et d’un visage dénué d’expression, ces derniers sont censés pouvoir ouvrir des portes, utiliser des outils et monter les escaliers avec dextérité. Sur sa chaîne YouTube, la start-up a même filmé un de ses prototypes en train de servir du café. Étant alimenté par une intelligence artificielle, Figure 01 est capable d’apprendre de nouvelles tâches, et de s’améliorer au fur et à mesure.

Ce dernier est donc conçu pour être particulièrement habile et polyvalent, mais ce n’est pas le seul robot humanoïde à essayer d’enter sur le marché du travail. Honda et Hyundai testent par exemple depuis plusieurs années l’utilisation de ce genre de robots, pour du travail à la chaîne répétitif et dangereux.

De son côté, Tesla a développé Optimus Gen 2, un androïde au nom de Transformers, capable entre autres de plier du linge et de faire des squats. Ce dernier n’est pas encore commercialisé, mais pourrait bientôt faire de l’ombre à Figure 01.

À voir également sur Le HuffPost :

IA, dématérialisation et hologrammes : comment les Français imaginent le travail de bureau dans dix ans

Les taxis robots de Google se multiplient aux États-Unis (et les accidents aussi)