Publicité

Robot et humains : qui se ressemblent trop s’assemblent mal

L'acceptation des robots par les humains est loin d'aller de soi. En fait, plus un robot ressemble à un humain dans son fonctionnement, mais avec des capacités moindres, plus il sera rejeté voire brutalisé.

Au SCALab, le laboratoire de sciences cognitives et affectives de l’université de Lille et du CNRS, les chercheurs peuvent travailler avec Buddy. C'est un robot de 54 cm, monté sur roues et doté d’une tête qui pivote, avec un écran affichant des yeux et une bouche pour simuler des émotions. Les roues sont masquées par un renflement évoquant deux jambes. Avec sa bonne tête sympathique et ses rondeurs, il semble incarner le compagnon idéal. Or, rien n’est moins sûr. Car une recherche menée par des membres du même SCALab montre nettement que la ressemblance avec l’humain peut nuire à l’acceptation sociale d’un robot, voire lui attirer des ennuis. Comme d’être agressé !

Ce travail est décrit dans un article publié dans Plos One mi-novembre 2023. Il n’a rien à voir avec un autre phénomène bien connu, la "Vallée de l’étrange", qui désigne un malaise ressenti par les humains face à un robot qui pourrait se confondre avec une personne réelle (expression, texture de peau, regard, cheveux, etc.).

Un robot amputé

Dans l’étude du SCALab, il apparaît que plus un robot a les attributs d’un être humain (jambes, bras, tête) mais sans être aussi performant qu’un humain (en termes d’habileté), plus il sera rejeté. "Buddy est petit, mignon mais il n’a pas de bras, relève Tatjana Nazir, directrice de recherche au SCALab et coauteur de l’article, seulement leur emplacement est marqué sur le robot, comme s’il était amputé !" Le genre de configuration qui peut générer un rapport de domination, les humains se comparant mécaniquement avec la machine pour évaluer ses capacités.

L’équipe de recherche a mené une expérience sur la base d’animations numériques. Ils ont créé plusieurs variantes d’un même robot à partir de trois éléments : le corps et la tête, un châssis et des bras articulés avec extrémités préhensibles. La première partie est la même pour tous les robots. Le châssis, lui, peut être deux jambes ou une seule jambe (le robot se déplace en sautant) ou deux roues ou encore rien du t[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi