Publicité

Robert Badinter est mort

Robert Badinter s'est éteint ce 9 février, selon l'annonce d'une de ses collaboratrices. Il était l'un des avocats et intellectuels les plus connus de sa génération. Il a marqué la fin du XXe siècle par ses prises de position en faveur des droits de l'Homme.

Une vie de guerre

Né en 1928, dans une famille juive originaire d’Europe de l’Est, le jeune Robert Badinter est confronté très tôt à la guerre. Son père, Simon est arrêté à Lyon le 9 février 1943, puis déporté au camp de Drancy avant de mourir en camp de concentration à Sobibor. Durant cette période, il est caché près de Chambéry, et change de nom : il sera Robert Berthet jusqu’à la fin de la guerre.

En 1947, il obtient sa licence de droit de l’université de Paris, puis s’envole pour New York en 1949 où, grâce à une bourse, il poursuit son cursus à la prestigieuse université de Columbia. Il sera reçu deux ans plus tard au barreau de Paris et obtiendra en 1952 un doctorat de droit.

Deux mariages

Sa carrière prend un tournant en 1963, lorsqu’il accepte de défendre le ministre des Finances sénégalais Valdiodio N’diaye, accusé par le gouvernement Senghor de « tentative de coup d’Etat ».

Entre temps, il se marie en 1957 avec l’actrice Anne Vernon («Bel Ami », « Les Parapluies de Cherbourg »), divorce en 1965 et se remarie dans la foulée avec Elisabeth Bleustein – philosophe et héritière du groupe Publicis -, plus connue aujourd’hui sous le nom Elisabeth Badinter.

L'affaire Roger Bontems et la peine de mort

Hom...


Lire la suite sur ParisMatch