Publicité

Road House : le film culte avec Patrick Swayze a 35 ans et autant de faux raccords !

Silver Pictures
Silver Pictures

En 2024, les portes de Road House s'ouvrent à un nouveau public avec une nouvelle version encore plus musclée, emmenée par un Jake Gyllenhaal physiquement impressionnant et signée Doug Liman. Si le réalisateur de La Mémoire dans la peau et Mr & Mrs Smith a depuis manifesté sa déception que son remake ne sorte pas au cinéma (il sera disponible le 21 mars sur Prime Video), Michel & Michel ont décidé, eux, de se pencher sur le film original.

"Restez cool..."

En 1989 dans Road House, Patrick Swayze se glissait donc dans la peau de Dalton, videur de bar aussi cool et philosophe qu'efficace (en dépit du fait qu'on l'imaginait "plus balèze"), hanté par un sombre passé alors qu'il est engagé pour faire le ménage dans une boîte de nuit du Missouri. Sur place, il va découvrir une petite communauté sous la coupe du propriétaire local et de ses sbires...

Derrière ce pitch un peu basique (soyons honnête) se cache une pure série B des années 80/90, avec ses clichés, ses répliques (et doublages) culte et ses looks improbables. Western moderne, qui transpose dans le monde de la nuit la figure du cowboy solitaire qui débarque pour mettre de l'ordre, Road House a rencontré un joli succès en salles à l'époque (30 millions de dollars de recettes au box-office US, 640 000 spectateurs en France) avant de devenir un véritable film culte grâce à son exploitation vidéo. Et ce malgré ses cinq (!) nominations aux Razzies : pires film, acteur, second rôle, réalisateur…

Lire la suite sur AlloCiné

Le Seigneur des Anneaux : 11 Oscars... et autant d'erreurs ! Découvrez les faux raccords du Retour du Roi

Indiana Jones 5 : ces 12 faux raccords ont leur place dans un musée !

"Vous n'êtes pas censés tout comprendre" : Christopher Nolan revient sur son film le plus compliqué

Ce soir en famille : sorti il y a plus de 50 ans, ce Disney est l'un des mieux racontés

"C'était assez irrésistible" : le nom du tout premier spectateur de son Oppenheimer ? Christopher Nolan en est très fier !

C’est l’une des meilleures scènes du Loup de Wall Street : improvisée par Leonardo DiCaprio, elle lui a valu une blessure