Publicité

Riz : la crise qui vient

Mardi 28 novembre, 15 h 30 : à quelques heures du bouclage, nous sommes toujours incertains quant au choix de la une. Car c’est un numéro particulièrement riche que nous vous proposons cette semaine au milieu d’une actualité bouillonnante.

Il y a d’abord cet article du Financial Times autour duquel nous avons construit un dossier sur la prochaine crise qui pourrait provoquer des bouleversements économiques et politiques majeurs dans le monde. Cette crise, c’est celle des prix du riz, qui flambent depuis que l’Inde – qui représente 40 % du commerce mondial – , a décidé de restreindre ses exportations. “Tout a commencé l’an dernier, lorsque le gouvernement de Narendra Modi a cessé d’exporter les brisures de riz, une denrée bon marché achetée notamment par les pays les plus pauvres, dont le Bangladesh et le Bénin”, explique le quotidien économique.

Le dérèglement climatique et le phénomène El Niño ont fait craindre une baisse de sa production au gouvernement indien à quelques mois d’une échéance électorale majeure. En juillet, il a décidé d’instaurer un prix plancher sur le basmati et de couper ses exportations d’autres variétés de riz blanc. Conséquence : “Des ‘achats de panique’ des consommateurs en Asie et en Amérique du Nord, et la prise de mesures par les autres pays grands producteurs en vue de s’adapter à la nouvelle donne.”

Pourquoi en parler aujourd’hui alors que tous les regards semblent tournés vers le Moyen-Orient ? Parce que, de l’avis de tous les experts cités par le Financial Times, nous sommes au bord d’une crise alimentaire mondiale majeure. Parce que c’est aussi notre rôle, à Courrier international, de capter les signaux qui annoncent les grands basculements du monde.

Le riz (produit à 90 % en Asie) est aujourd’hui l’aliment de base de 4 milliards de personnes. “Si l’Inde maintient les interdictions actuelles et que d’autres pays producteurs lui emboîtent le pas, les analystes craignent que le monde ne revive une crise comme celle de 2008.” Face à la flambée des prix, des manifestations avaient alors éclaté partout dans le monde pour aboutir, trois ans plus tard, aux “printemps arabes”…

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :