Publicité

Rival de l'Athletic, recrutement local et formation prioritaire... la Real Sociedad, l'autre club basque qu'affronte le PSG

Moins connue en France que l'Athletic Club, son voisin de Bilbao, la Real Sociedad se (re)fait une place sur la carte du football européen avec cette double-confrontation à venir contre le Paris Saint-Germain en huitième de finale de la Ligue des champions. L'épopée de la saison 1982-83 trop souvent oubliée, les Txuri-urdin - surnom du club évoluant à San Sebastian - reviennent sur le devant de la scène en prônant des valeurs loin du football moderne.

Une histoire royale

Comme son voisin qui évolue en rouge et blanc, la Real Sociedad a été fondée au début des années 1900 par des étudiants britanniques, qui ramènent la discipline du football dans le Pays basque en créant le San Sebastian Recreation club. Avec un nom en anglais donc, comme l'Athletic Club. Après plusieurs changements de nom en raison de conflits internes, le club opte pour "Real Sociedad" en 1910 en raison de l'intervention du roi Alfonso XIII, qui avait pour habitude de passer ses vacances dans la ville de San Sebastian.

La Real Sociedad, ou juste "la Real", dispute son premier match le 7 septembre 1909 en Coupe d'Espagne, déjà parée de sa tunique bleu et blanche, aux couleurs du blason de la ville de San Sebastian. Deux couleurs qui donneront leur surnom, en basque: Txuri-urdin ("blanc-bleu" en français). Membre fondateur de la Liga en 1929, année à laquelle va se disputer le premier derby basque, la Real Sociedad est longtemps resté dans l'ombre de l'Athletic, qui accumule les trophées.

L'âge d'or des années 1980 et une décision radicale

Les pensionnaires de San Sebastian ont tout de même connu une période fast dans les années 1980, remportant la Liga en 1981 puis en 1982, avant que son voisin ne prenne la suite sur les années 1983 et 1984. Années durant lesquelles la Real Sociedad signe son meilleur parcours en Coupe d'Europe, avec une demi-finale de Ligue de champions en 1982, perdue face au Hambourg SV, futur vainqueur.

Une décennie de succès ponctuée par deux deuxièmes places en championnat (1980-88), une Coupe du Roi en 1987 et surtout une décision révolutionnaire. Depuis sa fondation, la Real Sociedad s'était calquée sur la politique sportive de l'Athletic Club, à savoir n'avoir que des joueurs basques dans son effectif. Mais lassé de voir son rival collectionner les trophées (34 pour l'Athletic, six pour la Real), elle décide en 1989 de signer John Aldridge, qui devient le premier joueur étranger à évoluer avec la Real Sociedad.

Un esprit de "bande", entre joueurs formés et locaux

Loin de passer à un football totalement globalisé, la Real Sociedad se fait la promesse de former un maximum de joueurs à Zubieta, centre de formation devenu garant d'une autre partie de l'idendité txuri-urdin: la formation. Au total, 14 des 28 joueurs composant l'effectif professionnel actuel est formé au club, dont au moins six à sept sur l'habituel 11 titulaire en Ligue des champions. Côté identité locale, le recrutement basque est loin d'avoir perdu sa place: 17 joueurs sont issus du Pays basque ou de Navarre, province historique de l'Euskal Herria.

Un socle entre idée de jeu commune et culture locale qui permet à chacun des entraîneurs txuri-urdin de s'appuyer d'abord sur ces jeunes pousses de Zubieta qui se connaissent par coeur et d'y incorporer les talents étrangers qui viennent compléter les postes où le club n'a pas réussi à faire éclore de cracks. Un savant mélange aujourd'hui dirigé par Imanol Alguacil, lui-même ancien de la maison et revenu comme entraîneur depuis 2013, ému de voir ceux qu'il a entraînés chez les jeunes lui permettre aujourd'hui de rêver en Ligue des champions.

Dix dernières années récompensant un projet ambitieux

Une politique payante, qui permet aujourd'hui à la Real Sociedad d'enchaîner les participations en Coupe d'Europe: phase de groupes de la Ligue des champions en 2013-14, play-off de la Ligue Europa en 2014-15, 16es de finale de la Ligue Europa en 2017-18, 2020-21 et 2021-22, 8es de finale de la Ligue Europa en 2022-23. Après dix années d'absence en Ligue des champions, le club basque a réussi à atteindre les huitièmes de finale de la compétition pour la première fois depuis 20 ans. Symbole de la réussite de ce projet txuri-urdin.

Article original publié sur RMC Sport