Publicité

Le risque d’une interdiction de ChatGPT en Europe ressurgit

interdit
interdit

Les ennuis reviennent pour ChatGPT. L’entreprise américaine OpenAI, qui a conçu le célèbre système d’intelligence artificielle capable de générer du texte à la demande, est accusée d’enfreindre la règlementation européenne en matière de protection des données (RGPD). La charge est venue d’Italie, le 29 janvier 2024.

L’affaire a une impression de déjà-vu. En 2023, des reproches venus d’Italie avaient ciblé le chatbot en raison de son usage litigieux des données personnelles. À l’époque, c’était la Garante per la protezione dei dati personali — l’équivalent de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) — qui était à la manœuvre.

Aujourd’hui, rebelote. L’instance italienne juge que ChatGPT enfreint toujours le RGPD, toutefois sans préciser la nature de ces violations. Ce qui est en revanche indiqué dans le communiqué, c’est le délai laissé à OpenAI pour adresser ses observations et contester l’analyse de la Cnil italienne : 30 jours.

Des griefs qui pourraient conduire à un blocage ?

Le scénario qui se joue en 2024 pourrait redonner lieu à la même pièce qui s’est déroulée un peu moins d’un an auparavant, avec le blocage de l’accès à ChatGPT en Italie. En 2023, OpenAI avait pris la décision de bloquer l’accès à ChatGPT pour les internautes italiens (qui s’étaient rués sur les VPN pour contourner l’obstacle), par crainte d’une amende.

À l’époque,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Source : Lodgie-UK