Publicité

Retraites: démis de son poste de vice-président des LR, Aurélien Pradié se dit "plus combatif que jamais"

Le dépuré LR Aurélien Pradié le 14 février 2023 à l'Assemblée nationale à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le dépuré LR Aurélien Pradié le 14 février 2023 à l'Assemblée nationale à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le député Aurélien Pradié, déchu samedi de son poste de vice-président des Républicains (LR), a déclaré ce lundi à la presse à Cahors qu'il serait "plus combatif que jamais" contre la réforme des retraites et la défense d'une "droite populaire". Si "une petite poignée" de députés n'avaient pas "résisté" au gouvernement "nous n'aurions quasiment rien obtenu comme évolution dans la réforme des retraites", a déclaré l'élu du Lot, qui s'exprimait de vive voix pour la première fois depuis sa destitution.

"Il y a au sein du groupe Les Républicains de nombreux députés qui (...) n'ont aujourd'hui pas l'intention de céder aux menaces et aux intimidations et qui à la fin des fins n'ont pas l'intention de voter cette réforme des retraites si elle n'est pas profondément modifiée", a-t-il affirmé.

"Défendre les Français"

Alors que l'examen du texte se poursuit au Sénat, à majorité de droite, il a dit avoir "toute confiance" dans le groupe LR et être "convaincu que ceux qui étaient sceptiques sur ce combat au départ vont devenir les premiers défenseurs de l'amendement Pradié sur les carrières longues". Concernant son éviction, il a indiqué ne pas s'être encore entretenu avec le président de LR Éric Ciotti et assuré ne pas regretter ses prises de position.

"Le plus important c'était de défendre les Français" et pas de sauver un "poste", a-t-il souligné, en s'interrogeant sur les intentions de la présidence de son parti: "c'est à croire que certains, chez Les Républicains, ne veulent pas que l'on gagne la bataille des carrières longues".

Il a toutefois promis de rester impliqué dans sa "famille politique" et d'y lutter pour le "retour de cette droite populaire", "la seule" selon lui a avoir "toujours gagné par le passé" et à être "ni macroniste ni lepéniste".

"Fidèle à sa famille politique"

Samedi, Eric Ciotti a destitué Aurélien Pradié de ses fonctions de vice-président exécutif, jugeant que sa ligne n'était "plus conforme avec les valeurs de cohérence, d'unité et de rassemblement qui doivent guider la droite républicaine". Le député du Lot avait réagi dans un communiqué le lendemain, assurant déjà qu'il resterait "fidèle à sa famille politique" et "refuserait toujours que la droite devienne peu à peu la béquille conciliante de la macronie".

Aurélien Pradié demande au gouvernement l'assurance que toute personne qui entre sur le marché du travail avant 21 ans puisse partir à la retraite à taux plein après 43 annuités de cotisations.

Article original publié sur BFMTV.com