Publicité

Retraite: Fabien Roussel (PCF) appelle la gauche à "s'inspirer" de l'unité intersyndicale

Fabien Roussel, secréaire national du PCF, le 10 septembre 2022 à Brétigny-sur-Orge, au sud de Paris - Thomas SAMSON © 2019 AFP
Fabien Roussel, secréaire national du PCF, le 10 septembre 2022 à Brétigny-sur-Orge, au sud de Paris - Thomas SAMSON © 2019 AFP

Le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel a appelé dimanche la gauche à "s'inspirer" de l'unité intersyndicale, après avoir affiché des désaccords sur la stratégie à tenir à l'Assemblée contre la réforme des retraites.

"Le sujet du moment c'est (...) comment on s'inspire de cette intersyndicale composée de syndicats très différents et qui arrive à parler d'une même voix, à être unie, sans avoir à créer une Nupes des syndicats. Cela m'inspire beaucoup et je pense que la gauche devrait s'en inspirer", a plaidé M. Roussel sur le plateau de Dimanche en politique, sur France 3.

"L'unité de l'intersyndicale nous oblige. Elle nous oblige d'être nous aussi unis et d'avancer ensemble", a insisté Fabien Roussel.

L'alliance de gauche Nupes s'est divisée à l'Assemblée sur l'opportunité de maintenir, ou non, les milliers d'amendements déposés sur le texte réformant les retraites.

"Nous avons des désaccords"

Contrairement aux Insoumis, les écologistes ou communistes ont choisi de retirer leurs propositions, en espérant, sans succès, pouvoir arriver dans le temps imparti à examiner l'article 7 reportant l'âge légal de départ à 64 ans.

"Je regrette ce pas de côté fait par quelques députés Insoumis", a souligné Fabien Roussel qui aurait "bien aimé que nous ayons ce débat et ce vote" sur l'article 7.

"Les Français auraient pu constater ce que leur député a voté ou pas voté", a-t-il fait valoir.

Interrogé sur une éventuelle remise en question de l'alliance, Fabien Roussel a affirmé ne pas vouloir ajouter "une pièce dans la machine à diviser".

"Nous avons des différences, nous avons des désaccords" mais "nous allons continuer de nous battre ensemble contre la réforme des retraites", a-t-il assuré, renvoyant notamment à "l'exceptionnelle mobilisation à venir dans la rue" du 7 mars.

Article original publié sur BFMTV.com