Publicité

"Elle reste traumatisée": la mère de la collégienne agressée à Montpellier donne de ses nouvelles

"Ils étaient là pour la tuer". Hassiba, la mère de Samara, une collégienne âgée de 13 ans et agressée mardi 3 avril devant son établissement scolaire, a donné des nouvelles de sa fille ce mercredi sur BFMTV.

"Elle sortie du coma, elle est réveillée, c'est le principal. J'ai pu la voir, la prendre dans mes bras, la rassurer. Mais elle reste traumatisée. Elle est vraiment dans un état très mal, elle est un peu perdue et désorientée", déclare la mère de famille.

Évoquant une "amnésie partielle" de sa fille, Hassiba confie ne pas savoir encore combien de temps Samara restera encore hospitalisée. Auditionnée hier, elle a de nouveau évoqué le harcèlement subi par sa fille.

"Cette jeune fille s'est focalisée sur Samara"

Samara, scolarisée dans le collège d'Arthur Rimbaud à Montpellier (Hérault), a été "frappée par un groupe de trois individus", dont une mineure de 14 ans. Scolarisée dans le même établissement, cette dernière a été interpellée selon le parquet de Montpellier.

"Cette jeune fille s'est focalisée sur Samara, elle lui a fait la misère depuis un an et demi", témoigne la mère de famille, "c'est toutes les semaines".

La mère de Samara raconte encore que cette même jeune fille avait été sanctionnée au mois de juin 2023 après avoir pris sa fille en photo et lancé un "appel au viol".

"À partir de là elle a été sanctionnée par le collège de deux jours d'exclusion et j'ai été en contacté avec les services de la gendarmerie qui m'ont conseillé de passer par une plateforme pour signaler le contenu mais le problème c'est qu'elle avait tout supprimé", affirme encore Hassiba sur notre antenne.

"Elle est constamment sur elle, elle crée des faux comptes et insinue aux personnes que c'est Samara pour que tout le monde puisse se retourner contre elle", ajoute-t-elle, "elle a monté de niveau dans sa méchanceté, elle a été la commanditrice du guet-apens dont a été victime ma fille".

"Il y a eu un appel sur les réseaux sociaux"

Selon plusieurs témoignages d'amis de Samara, l'agression de celle-ci aurait été prévue depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux.

"Il y a eu un appel sur les réseaux sociaux à ce que tous les collégiens aux alentours se rendent au collège pour la frapper", déclare-t-elle, ajoutant qu'un rendez-vous aurait été pris vendredi pour "passer à tabac" Samara. "Elle m'a menti en disant qu'elle avait mal au ventre, je pensais que c'était juste pour ça mais en fait non il y avait cet appel sur les réseaux sociaux. Cela s'est reprogrammé hier", poursuit Hassiba.

Trois mineurs interpellés

La mère de famille, qui dit avoir été "soutenue" par les équipes du collège, raconte avoir eu le professeur principal mardi en milieu de journée lui prévenant de la présence de jeunes qui attendaient Samara à l'extérieur de l'établissement.

"Il m'a préconisé d'aller la récupérer à la fin des cours ce que j'allais faire et de là j'ai appelé la vie scolaire à deux reprises pour leur dire de ne pas laisser sortir ma fille qui était en danger et ils l'ont laissée sortir", poursuit Hassiba.

"Ils étaient là pour vraiment la tuer (...) elle était inconsciente au sol et on a continué à la rouer de coups. Si ce n'est pas de la barbarie c'est quoi?", conclut-elle.

Le parquet de Montpellier a annoncé mercredi 3 avril que la mineure interpellée se trouve toujours en garde à vue et que deux autres personnes, des mineurs âgés de 14 et 15 ans, ont été interpellés.

Article original publié sur BFMTV.com