Publicité

"Il me reste tout à apprendre" : Sophie Adenot raconte les débuts de sa formation d'astronaute à Cologne

"Il me reste tout à apprendre" : Sophie Adenot raconte les débuts de sa formation d'astronaute à Cologne

Sophie Adenot a été sélectionnée pour faire partie de la nouvelle promotion d'astronautes européens. Cette pilote et ingénieure, qui a passé une grande partie de sa carrière dans l'Armée de l'air, est en passe de devenir la deuxième femme astronaute française. Elle a commencé son entraînement à Cologne ce lundi.

La Française Sophie Adenot, sélectionnée pour la nouvelle promotion d'astronautes européens de l'ESA en novembre 2022, a débuté ce lundi son entraînement au sein de l'European Astronaut Center (EAC) de Cologne, en Allemagne. Pendant les douze prochains mois, Sophie Adenot apprendra ainsi tout ce dont elle a besoin pour s'envoler dans l'espace au cours des prochaines années.

"Bien-sûr que je souhaite inspirer", a répondu Sophie Adenot à BFMTV, alors qu'elle était interrogée sur son rôle de modèle auprès des jeunes et en particulier des jeunes filles qui souhaiteraient s'engager dans des carrières scientifiques

"Je fais un métier passion. J'y suis arrivée parce que des gens m'ont inspirée donc mon rôle ça va aussi être de transmettre donc je ferai tout pour être le meilleur exemple possible", a-t-elle développé.

L'apprentissage d'un tout nouveau métier

"Il me reste tout à apprendre", a toutefois ajouté la candidate astronaute et lieutenante-colonnelle de l'armée de l'air, consciente qu'elle va devoir acquérir un nombre important de "nouvelles compétences et de connaissances théoriques, fondamentales et pratiques". "Avant mon métier était d'être pilote, or ce nouveau métier d'astronaute est complètement différent", reconnaît la Française.

Outre la formation théorique à Cologne, Sophie Adenot précise que "des entraînements de stage opérationnels, de survie, en piscine" sont aussi au programme de sa formation, au cours de laquelle elle devra également apprendre à "travailler en équipe", une qualité nécessaire au travail d'asrtonaute.

Au micro de BFMTV, la candidate astronaute explique aussi que le comité de sélection de l'Agence spatiale européenne (ESA) cherchait dans cette nouvelle promotion de futurs astronautes "une certaine complémentarité des profils".

Selon elle, c'est "l'aspect opérationnel de son métier de pilote" ainsi que sa qualité d'ingénieure qui a pu intéresser le comité de sélection, tandis que ses futurs collègues sont médecins, chercheurs ou encore astrophysiciennes.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Sultan al-Neyadi est devenu le premier astronaute arabe à faire une sortie dans l'espace