Reportage. En Suisse, 500 femmes “dansent sous la pluie” pour se réapproprier la fête nationale

·1 min de lecture

Dimanche 1er août était célébrée la fête nationale suisse, associée à la colline du Grütli, lieu fondateur de l’histoire du pays. Cette année, quelque 500 femmes s’y sont rendues pour demander une société plus égalitaire, célébrant également les cinquante ans de leur accès au droit de vote.

“Plus de 500 femmes qui dansent sous la pluie : c’est l’image qui restera de ce Grütli des femmes”, amorce Le Temps. À l’occasion de la fête nationale suisse, célébrée dimanche 1er août, un cortège féminin a gravi la colline du Grütli, lieu mythique où les confédérés auraient signé l’acte fondateur du pays, en 1307. À l’appel de l’Alliance F, une organisation regroupant plusieurs associations féministes, les Suissesses “ont investi ce bastion, qui était jusqu’ici l’apanage des hommes politiques et des militaires”, écrit le quotidien de Lausanne.

À lire aussi: Parité. La Suisse, le pays où les femmes ont le moins de chances d’être promues

Car “jusqu’ici, précise le journal dans un autre article, cette prairie qui surplombe le lac des Quatre-Cantons, c’était surtout le serment mythifié des trois Suisses Walter Fürst, Arnold von Melchtal et Werner Stauffacher et le rapport du Grütli adressé à ses 500 officiers supérieurs par le général Guisan”. Aucune femme n’y a pris la parole avant 1975.

Ce dimanche, le Grütli des femmes s’est joué en musique – et sous la pluie. “Leur hymne à elles, c’était Notre histoire, notre chemin, notre vie, écrit par la régisseuse zurichoise Liliana Heimberg et interprété par Martina Linn”, une chanson composée spécialement pour l’occasion.

Car cette année, les Suissesses célébraient les cinquante ans de leur accès au droit de vote. “Qu’il a été

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles