REPORTAGE. Au Caire, les militants contre le référendum du président

Depuis vendredi, les abords du palais présidentiel ont été transformés en camping par les militants révolutionnaires hostiles au président Mohammed Morsi. Un camping un peu spécial, puisqu'à l'entrée trônent majestueusement deux chars d'assaut. L'entente entre protestataires et hommes en armes, militaires et policiers, est cordiale. Certains blaguent même avec les gardes présidentiels, à travers les meurtrières du palais.

Le rassemblement reste assez modeste, quelque cinq-cents personnes et une trentaine de tentes disposées sur les terre-plains latéraux et herbagés. Des activistes pour la plupart mais aussi des touristes qui viennent visiter le campement, manger une patate douce achetée aux vendeurs ambulants stationnés devant ou visiter le musée improvisé de la révolution où, sous une tente, sont affichés des slogans et des photos de martyrs.

Le faux calme troublé par la rumeur

L'ambiance n'est pourtant pas celle d'une kermesse comme en atteste le nombre important de types qui font les cents pas, casque sur la tête et bâton à la main. Mercredi dernier, beaucoup des campeurs de la révolution étaient présents lorsque les pro-Morsi les ont brutalement délogé, ce qui a été à l'origine d'une journée de grande violence.

La rumeur va vite, très vite. Elle vient d'annoncer qu'une nouvelle attaque contre le camp se prépare. Sans trop savoir de quoi il s'agit, une cinquantaine de jeunes hommes courent ramasser des pierres sur les voies de chemin de fer, qui séparent les allées. Les vendeurs déménagent leurs étals à la hâte. Fausse alerte. Le faux calme revient. Pas longtemps.

Soudain, un attroupement se forme devant des tentes. Eclats de voix, bousculade, (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

REPORTAGE. Au Caire, les militants contre le référendum du président
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.