Additifs, huile de palme : attention aux arnaques du repas de Noël

Foodwatch dénonce des emballages de chocolats bien trop peu rempli (Getty Images) (Getty Images)

L'organisation Foodwatch pointe les étiquettes trompeuses de certains produits mis en avant pour les fêtes de fin d'année.

De l'apéritif au dessert, les Français veulent soigner leur table de fête et offrir à leurs convives les meilleurs produits. Mais, pas toujours simple de s'y retrouver dans la jungle des rayons des supermarchés. À l'approche des fêtes de fin d'année, Foodwatch épingle certaines étiquettes trompeuses et des arnaques bien rodées.

L'organisation à but non lucratif présente sa Table de Noël des arnaques. À commencer par l'entrée puisque les œufs de lompe Carrefour Extra contiennent cinq additifs. "C’est d’autant plus inquiétant que les scientifiques alertent sur la présence combinée de plusieurs additifs dans un même produit : les potentiels effets cocktail induits par le mélange d’additifs dans nos assiettes ne sont pas sans risque pour la santé", dénonce Foodwatch. Carton rouge aussi pour la marque Labeyrie et ses macarons apéritifs au bloc de foie gras et à la pointe d’épices qui contiennent du nitrite de sodium (E250). Toujours pour l'entrée, la marque Blini vend des petits sapins feuilletés composés d'huile de palme.

Acheter... du vide

Place au plat de résistance. Le rôti aux morilles Maître CoQ est pointé du doigt par Foodwatch. En effet, si l'emballage met en avant une farce aux morilles, la viande contiendrait en réalité seulement 0,9% de morilles. L'organisation dénonce également des emballages de pomme de terre trop peu rempli puisque le sachet est vide à hauteur de 48 %.

Sur la table des desserts, la situation n'est pas plus rassurante. Foodwatch dénonce des emballages de chocolats bien trop peu remplis comme les Milka et Oreo "snowballs" ou la bûche Nestlé grand chocolat. Cette dernière pourrait bien décevoir vos invités : "Une sacrée déception : son emballage imposant cache la quantité réelle de produit, bien moindre : la bûche est vide aux trois quarts ! On ne peut s’empêcher de penser à la quantité de déchets qui aurait pu être évitée si le conditionnement avait été davantage adapté. Si une partie du vide sert à protéger la bûche, Nestlé doit améliorer la transparence sur les quantités réelles de produit vendu", souligne l'organisation.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Attention, vous avez besoin de consommer du poisson"