Rentrée hors norme à l'Institut de France

Par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
L'Institut de France abrite près d'une centaine de fondations qui remettent, chaque année, pour 25 millions d'euros de prix, de récompenses et de bourses. Le 25 octobre 2020, jour de la rentrée solennelle des cinq Académies qui le composent, a coïncidé avec la remise des dix « grands prix » de l'Institut.
L'Institut de France abrite près d'une centaine de fondations qui remettent, chaque année, pour 25 millions d'euros de prix, de récompenses et de bourses. Le 25 octobre 2020, jour de la rentrée solennelle des cinq Académies qui le composent, a coïncidé avec la remise des dix « grands prix » de l'Institut.

Depuis plus de deux siècles, la dernière semaine du mois d'octobre marque habituellement la rentrée solennelle de l'Institut de France. Le mardi le plus proche du 25 octobre, date anniversaire de la fondation de l'institution en 1795, une séance exceptionnelle se tient sous la Coupole de l'ancienne chapelle du collège des Quatre-Nations.

À cette occasion, les près de 480 membres des cinq Académies qui le composent, à commencer par l'Académie française fondée par le cardinal de Richelieu en 1635, écoutent religieusement des délégués de chacune de ces maisons déclamer un discours sur un thème imposé. Cette année, le sujet retenu est « la différence ». Le Point vous propose ces exposés en exclusivité.

Lire aussi Grands travaux à l'lnstitut, une librairie ouvrira au pied de la Coupole, début 2021

Malgré l'épidémie de coronavirus, la tradition aura été respectée le 25 octobre 2020. Mais Covid oblige, l'événement se sera déroulé, à huis clos. Pour la première fois de l'histoire de l'Institut, aucun visiteur n'a été autorisé à se glisser dans la grande salle des séances où se tenait l'événement, la Coupole étant en travaux.

Entamée à 15 heures, la réunion, diffusée exceptionnellement sur Internet, aura permis à Jean-François Mattei, délégué de l'Académie des sciences morales et politiques, de discourir sur « les différents modes de confiance face à l'adversité ». Philippe Garel, représentant l'Académie des beaux-arts, aura, de son côté, réfléchi sur « la querelle des [...] Lire la suite