Publicité

"Elle est rentrée au bord de la mort": une ex-otage du Hamas de 84 ans dans un état de santé critique

Après 52 jours de détention, Elma Avraham, une Israélienne de 84 ans a été libérée ce dimanche 26 novembre, en même temps que 16 autres otages, lors du troisième jour de trêve entre Israël et le Hamas.

Si elle est désormais libre, sa santé a été éprouvée pendant sa captivité et désormais Elma Avraham "se bat pour sa vie" selon Reuters.

"Elle est dans un état critique. Elle est soignée dans notre service des urgences, en raison d'une grave absence de soins durant sa détention ces dernières semaines aux mains du Hamas", a affirmé à la presse le directeur de l'hôpital, Shlomi Codish.

"Sa vie est en danger et elle va être transférée au service de soins intensifs où nous espérons stabiliser et améliorer son état", a-t-il ajouté.

"Elle est rentrée au bord de la mort"

Avant d'être capturée par le Hamas le 7 octobre, Elma Avraham, avait des problèmes médicaux sous-jacents qui nécessitaient des médicaments. Elle souffre de maladie cardiaque et auto-immune, d'après I24News.

"Tu n'avais pas à en arriver à une température corporelle de 28°C, tu n'avais pas en arriver à un pouls de 40, à un tel état de perte de conscience, à ce stade d'intubation, négligée, en sous-poids, tu ne mérites pas ça maman", a dénoncé en sanglot sa fille, Tal Amano, à la télévision israélienne ce lundi.

Cette dernière multiplie les prises de paroles dans les médias israéliens, pour dénoncer avec son frère "une négligence médicale" "pendant toute sa période de détention".

"Elle n'a pas reçu ses médicaments (...), elle est rentrée au bord de la mort", dénonce-t-elle.

Ses enfants critiquent la Croix-Rouge

Tal Amano et son frère, Uri Rawitz, pointent notamment du doigt l'action de la Croix-Rouge qui aurait refusé selon eux d'apporter les médicaments nécessaires à leur mère.

"Elle a été abandonnée deux fois. Une fois lors des attaques du 7 octobre, et une deuxième fois par toutes les organisations qui auraient dû la sauver", déclare la fille d'Elma Avraham.

Elle explique que son frère a rencontré un membre du Comité international de la Croix-Rouge, et qu'il a essayé de lui donner les médicaments dont avait besoin sa mère.

"Ils lui ont répondu 'non, nous ne pouvons pas lui apporter ces médicaments", affirme Tal Amano. Une demande réitérée quelques jours plus tard de nouveau rejetée selon ses propos.

Un porte-parole du CICR s'est défendu auprès de Reuters: "Nous avons rencontré directement les familles et elles nous ont demandé de prendre possession des médicaments personnels, mais nous ne sommes pas en mesure de les prendre."

En attendant l'amélioration de l'état de santé d'Elma Avraham, ses enfants appellent à une libération de tous les otages et insistent sur l'importance de leur envoyer de l'aide et une assistance médicale.

"Le Hamas tente de créer l'illusion qu'il est humanitaire et qu'il s'occupe des autres. Ce n'est pas le cas. Ma mère est la preuve de la cruauté insensée de cette organisation", a déclaré Uri Rawitz au Jerusalem Post. "Israël et toutes les organisations internationales de secours doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider les otages le plus rapidement possible."

Article original publié sur BFMTV.com