Publicité

Dans « Les Rencontres du Papotin », Christiane Taubira évoque la mort de sa mère avec émotion

Christiane Taubira, ici en 2022, était l’invitée des « Rencontres du Papotin », émission diffusée le 2 décembre 2023.
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP Christiane Taubira, ici en 2022, était l’invitée des « Rencontres du Papotin », émission diffusée le 2 décembre 2023.

POLITIQUE - L’émotion de Christiane Taubira. L’ancienne ministre de la Justice, invitée des Rencontres du Papotin samedi 2 décembre sur France 2, a évoqué au cours de l’émission la mort de sa mère alors qu’elle était encore adolescente. Un souvenir douloureux qui lui a donné les larmes aux yeux.

Après Thomas Pesquet, Emmanuel Macron ou encore Angèle, c’était donc au tour de l’ancienne garde des Sceaux de répondre aux questions sans filtre des journalistes non professionnels porteurs du trouble du spectre autistique. « Quand tu étais petite tu as perdu ta maman. Et tu étais triste ? », lui a demandé une jeune fille.

« Jusqu’à maintenant je le suis. Et là comme tu m’en parles, j’ai une petite boule à la gorge », lui répond alors Christiane Taubira, extrêmement émue malgré un sourire de façade. « Ça reste très, très difficile, ça reste très difficile. Mais bon, il faut se ressaisir et il faut accepter aussi d’être malheureuse », poursuit-elle.

« Ce n’est pas beaucoup d’années pour vivre avec sa maman »

Christiane Taubira, 70 ans, a perdu sa mère quand elle en avait 16. Femme de ménage, mère de 11 enfants qu’elle a dû élever seule, Bertille Taubira était aide-soignante avant de devenir infirmière. Une femme « incomparable », l’avait qualifiée sa fille dans une interview réalisée pour un portrait paru dans Paris Match en 2013.

Dans Les Rencontres du Papotin dix ans plus tard, Christiane Taubira dit « accepte(r) d’être malheureuse » quand elle pense à sa mère. « J’accepte parce que, j’avais 16 ans quand elle est morte. Ce n’est pas beaucoup d’années pour vivre avec sa maman, mais j’ai beaucoup de souvenirs, car elle nous donnait beaucoup de conseils, de règles. Il y avait beaucoup d’interdictions », poursuit-elle, s’excusant ensuite d’être aussi touchée.

Pendant l’épisode diffusé samedi, l’ex-candidate à la présidentielle 2022 a aussi parlé de François Hollande, « un président très digne », mais aussi des attaques racistes qu’elle a subies. « Je ne pardonne pas aux imbéciles, aux voyous, aux racistes qui insultent », car même s’ils « ne me blessent pas », affirme-t-elle, « je pens(e) à toutes les personnes qui le sont ».

À voir également sur Le HuffPost :

Les Écologistes lancent leur campagne des européennes avec une « booty therapy », Marine Tondelier s’explique

COP28 : Les Français ne croient pas en Macron pour le climat (ni en la communauté internationale)