Publicité

Comment Renault compte devenir le leader du recyclage des batteries ?

Transition énergétique et électrification doivent aussi rimer avec économie circulaire. Et ce dernier aspect passe nécessairement par réduire l’exploitation des matières premières et assurer un recyclage efficace des batteries. Voici comment Renault voit en quelque sorte l'avenir de la mobilité électrique, et sur le papier, les promesses sont évidemment intéressantes.

De nombreux constructeurs ont adopté leur propre formule pour atteindre cet objectif et Renault fait sans doute partie des constructeurs les plus en avance. En effet, la marque entend être le premier constructeur automobile européen à recycler les batteries à l'échelle industrielle.

Vers une neutralité carbone du début à la fin de la chaîne

L'idée du constructeur peut avoir de nombreux effets positifs, et pas seulement d'un point de vue environnemental. La marque souhaite collaborer avec diverses entreprises spécialisées pour extraire et recycler le lithium et d'autres métaux présents dans les batteries des véhicules électriques, créant ainsi une économie circulaire capable de générer des milliards d'euros et de réduire la dépendance à l'égard de la Chine et de ses matières premières.
Selon Jean-Philippe Bahuaud, PDG du projet TFIN (pour "The Future Is Neutral"), "en Europe, il n'existe actuellement personne qui puisse prétendre recycler les batteries usagées en cycle fermé afin d'extraire le nickel, le cobalt et du lithium pour produire de nouvelles batteries".
L’utilisation de métaux recyclés pourrait aussi contribuer à réduire le prix des voitures électriques, étant donné que les métaux eux-mêmes représentent 70 % du coût d’une batterie, et que les accumulateurs en question représentent 40...Lire la suite sur Autoplus