Publicité

Renaud : sa fille Lolita Séchan dévoile leur conversation au petit déjeuner, c'est à se tordre de rire

On ne l'avait pas vu venir. Alors que, ce mardi 24 janvier, Renaud effectuait son grand retour sur scène après six ans d'absence, c'est en famille qu'il a passé le reste de la soirée. Le lendemain matin, mercredi 25 janvier, le chanteur a eu une petite conversation avec sa fille, Lolita Séchan. Discussion qui a tellement amusé cette dernière qu'elle a tenu à la partager avec ses abonnés. "Au lendemain de sa première date de tournée, mon père se réveille bien chiffonné", raconte la jeune femme.

Toutefois, Renaud s'est installé en cuisine auprès de ses proches. "Il se pose. Ronchon. On attend tous qu'il nous dise ce qui le chiffonne, on s'attend surtout à ce qu'il soit mécontent d'hier, vu sa tête", avoue son aînée. Les premiers mots du principal intéressé semblent confirmer les craintes de sa fille. "Putain. J'y ai pensé toute la nuit. Y avait cette question-là qui m'a empêché de dormir...", lâche Renaud, passablement agacé. Et la fille de Dominique de poursuivre son récit : "On attend. Puis il dit de sa voix rocailleuse : 'C'était qui déjà les quatre ministres communistes sous Mitterrand ? Je ne retrouve que Jack Ralite.'" Il n'en fallait pas davantage pour intriguer la sœur de Malone.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lola Séchan (@lolasechan)

Quand Renaud rêve de... Questions pour un champion

"Donc toi tu rêves encore de Mitterrand ? Pourquoi tu pensais à ça, t'es nostalgique de la gauche ?", s'enquiert-elle. (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Qui est Isabelle, la femme de Blaise Matuidi ?
AUTOPSIES DE STARS. Arnaud Giovaninetti, la combinaison fatale qui a poussé le comédien au suicide
Mike Tyson : le boxeur de légende accusé d'avoir violé une femme dans une limousine
"Une bulle de douleur pendant huit mois" : Shailene Woodley brisée par sa rupture avec Aaron Rodgers
Mort d'Anne Heche : les premiers mots bouleversants de son fils de 13 ans cinq mois après son décès brutal