Remplacement des profs absents "réussi"? Ces témoignages contredisent Blanquer

·4 min de lecture
Le remplacement des profs absents
Le remplacement des profs absents

ECOLE - La déclaration du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur les écoles a fait bondir une partie des concernés. Invité ce mercredi 26 janvier de la matinale de RMC, il a assuré que l’Éducation nationale avait “globalement” réussi à remplacer les enseignants absents pour cause de Covid-19. Des propos contredits par des professeurs et des parents.

Mettant en avant “une capacité de remplacement de 10%” de l’Éducation nationale, le ministre a indiqué sur RMC que “plus de 3000 remplaçants ont été recrutés” dans ces “temps extraordinaires”. Il a aussi rappelé que “début janvier, la grande inquiétude c’était l’implosion du système par le manque de remplaçants”. À en croire le ministre, le pire a été évité.

Cet optimisme, plusieurs enseignants et parents d’élève l’ont remis en cause dans la foulée de l’interview de Jean-Michel Blanquer. Sur Twitter, un enseignant, également père de famille, a partagé un message selon lequel la professeure de son fils “ne sera pas remplacée” et cela durerait depuis le 11 janvier.

“Classe fermée, enfants répartis”

Un autre internaute, qui se présente comme parent d’élève et enseignant, fait le même constat sur le non-remplacement des professeurs absents. “1 demi- journée sur la semaine d’absence pour mon fils en maternelle ça compte pour un vrai remplacement?”, s’interroge-t-il.

Enjoignant le ministre de demander “aux concerné-es” la réalité du terrain, une professeure de physique-chimie contredit les propos de Jean-Michel Blanquer, en expliquant qu’elle n’a pas été remplacée. Dans le primaire, une enseignante assure, de son côté que sa collègue positive au Covid-19 n’a pas été remplacée. Résultat? “Classe fermée, enfants répartis faute de pouvoir les garder dans la même pièce ensemble”, affirme-t-elle, ponctuant son tweet du hashtag #BlanquerMent.

Une prof remplaçante a également pris la parole sur le réseau social pour raconter que “depuis deux semaines, à chaque fois que j’arrive dans une classe, je me rends compte que ça fait ‘au moins’ 2 jours que les élèves n’avaient pas classe, faute de professeur”.

Nouvelle journée de mobilisation le 27 janvier

Sur le réseau social, le Syndicat National des Enseignements de Second degré (SNES-FSU) s’est également fendu d’un tweet pour interroger le “globalement” prononcé par le ministre et demander si les professeurs absents étaient réellement remplacés. En réponse, le Syndicat unitaire de l’inspection (SUI-FSU) de Créteil a déploré que “les remplacements dans le secondaire sont dramatiquement insuffisants, non pas depuis un mois, non pas à cause du Covid, mais depuis plusieurs années à cause des choix budgétaires opérés”.
“Le choix politique à été clairement fait de ne plus assurer tous les remplacements”, a-t-il ajouté.

Jean-Michel Blanquer, critiqué sur le non-remplacement des professeurs absents et plus largement sur la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, fera de nouveau face jeudi à une grève nationale dans les écoles et des manifestations. Outre la question du Covid, parmi les revendications des syndicats: l’augmentation des salaires des professeurs, CPE, accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), des recrutements dans l’Éducation nationale, l’abandon de la réforme de l’assurance chômage, etc.

A voir également sur Le HuffPost: Nouvelle manifestation d’enseignants, en mode Blanquer à Ibiza

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles