Remaniement: Marlène Schiappa juge "extrêmement difficile" que Damien Abad puisse rester ministre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marlène Schiappa le 1er juillet 2022 sur BFMTV. - BFMTV
Marlène Schiappa le 1er juillet 2022 sur BFMTV. - BFMTV

Pour elle, le maintien en poste de Damien Abad paraît "extrêmement difficile". Invitée sur BFMTV ce vendredi, l'ancienne ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa est revenue sur les accusations autour de Damien Abad, visé par une enquête pour tentative de viol.

D'abord, l'ancienne ministre s'est dite "choquée" d'avoir entendu "sur des plateaux télé" que dans le cadre des législatives où Damien Abad était candidat et a été réélu, "l'élection serait juge de paix".

"On ne peut pas dire que la justice ne se fait pas sur les plateaux ou les réseaux sociaux, et dire qu'elle va se faire au vote. Il y a des innocents qui sont battus à des élections et des coupables qui remportent des élections", a-t-elle estimé. "Dire que l'élection est le juge de paix, et que si Damien Abad remporte l'élection 'circulez il n'y a rien à voir', je ne suis pas d'accord du tout".

Ministère de tutelle et "efficacité"

Passée cette précision, Marlène Schiappa a tenu à "faire un petit peu de décryptage de coulisses". L'ancienne ministre a rappelé que le ministère des Solidarités, portefeuille de Damien Abad, est également le ministère de tutelle du service de communication du droit des femmes et de l'égalité femme/homme.

"Est-ce qu'une personne mise en cause, et je respecte la présomption d'innocence, mais qui est néanmoins mise en cause, pour plusieurs affaires de viol, est fondé à avoir la tutelle sur cette direction de la communication qui gère les droits des femmes et l'égalité femme/homme? Je pense que la question se pose" a-t-elle souligné.

Enfin, Marlène Schiappa a mis en avant le programme chargé du gouvernement pour les Solidarités, concernant "les mères célibataires", ou "les personnes en situation de handicap". Selon elle, "il y a urgence à agir". De quoi remettre en question l'"efficacité" d'un ministre "qui se consacre à sa défense".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles